EXPÉRIENCES

Témoignages sur les expériences diverses

Serge P.
Je ne serais pas aussi prolixe que votre chef d'orchestre, mais OUI, le Phosphénisme m'a apporté ENORMEMENT dans tous les domaines et bien sûr en musique et particulièrement en tant que chef d orchestre !
Je viens de diriger La Traviata, mon 1er opéra, certes avec la partition, mais après quasi une lecture, je connaissais la partition par cœur !!! Que du bonheur !!

Il existe tellement d expériences à faire avec la musique !!!
A l’époque de mes débuts avec le phosphénisme, je plaçais ma lampe à bonne distance, j'écoutais le Requiem de Mozart et je pratiquais en même temps la respiration en carré durant TOUT le Requiem, environ 50 minutes… jouissance suprême !!!
Avec une profonde pensée au docteur Lefebure !


Manuel S.
Juste un grand merci pour la qualité de vos travaux. Les exercices avec la lumière pulsée produisent en ce qui me concerne des résultats extraordinaires. Des rêves lucides d'une netteté prodigieuse. J'ai recherché des années en méditant des heures et des heures ce type de résultat obtenu en 3 mois avec la lumière pulsée.


Marie MC
Ma capacité de « clairvoyance » (que j'avais avant) est beaucoup plus claire, nette. Les scènes qui duraient habituellement 30 min, je les vois le matin en moins d'une seconde et pourtant je vois l'ensemble de ce qui se fera et se dira mais je n'explique pas comment tout cela m'apparaît en moins d'une seconde, c'est ce qu'on appelle un flash, j'imagine. Avant ma « clairvoyance » durait plus longtemps (le temps d'un rêve ou en tout cas le temps de la scène, j’ai l'impression).


Eric T. - BELGIQUE
J’ai eu une vision de la formation de la Terre.
J'ai pris un galet de quartz blanc que j'avais ramassé par terre ; je l'ai gardé dans mes mains et j'ai commencé à répéter un mantra en pensant à cette pierre et en me disant que celle-ci se donnait à moi. J'ai pratiqué la convergence oculaire au niveau du troisième œil, comme décrit par le Dr Lefebure dans Expériences Initiatiques.
Au bout d'un certain temps, une vision est apparue. Je me suis retrouvé au milieu de torrents de lave qui coulaient partout autour de moi, les couleurs étaient magnifiques avec une dominance de rouge, de gris et de noir. Il y a eu ensuite des pluies torrentielles et beaucoup de vapeur. Ensuite, je me suis retrouvé posé au fond d'une rivière.
Je suis sorti brutalement de ma vision au moment où, à la surface de l'eau, est apparu le visage d'un homme préhistorique, ce qui m’a presque effrayé.
Cette expérience a été très agréable et j'ai pris conscience que, pendant un instant, j'étais devenu la pierre elle-même.
Au cours de mes méditations, j'ai pu constater l'importance de la convergence oculaire, ainsi que d'autres petits détails qui font tout l'intérêt du phosphénisme.
Un grand merci.


Stéphane L. - BELGIQUE
L’élan phosphénique et le véhicule qui nous accompagne vers les plus grandes richesses qui sont en nous. La lumière illumine notre horizon pour irradier…

Je ne remercierai jamais assez le Docteur Lefebure pour tout le bien que cela m'a procuré, ainsi qu’à Daniel pour son dévouement et son combat permanent.

Ne vous découragez pas, continuez chaque jour même si vous ne ressentez rien, même si cela vous semble rébarbatif, notre temps a besoin d’hommes qui soient comme des arbres, lourds d’une paix silencieuse qui s’enracine à la fois en pleine terre et en plein ciel. Si vous abandonnez en chemin vous ne saurez jamais ce que le Dr Francis Lefebure a voulu vous transmettre.


Yannik. - SUISSE
Un grand bonjour !
- concernant L'Initiation de Pietro et la « phase bleue » des phosphènes que certaines personnes ne perçoivent pas.
Je me suis rendu compte que son apparition dépendait uniquement de l'état de relaxation « MENTALE » du pratiquant. En effet, sortez d'une occupation, faites un phosphène sans avoir calmé son esprit (qui disait que sans discipline il était comme un singe fou ?) et il débutera dans la majeure partie des cas dans le vert ou le rouge. A contrario, avec préalablement un exercice de calme mental, ladite phase débutera naturellement le cycle.


Guereins
je relisais le livre du Dr LEFEBURE sur la pensée au 6ème de seconde, et j'ai fait la comparaison avec la marche à pied à l'aide d'un calcul rapide.
Si l'on fait un pas de 1 mètre en 1 seconde , nous parcourons 3 600 mètres en 1 heure soit une vitesse de 3,6 km/h, ce qui est à la portée de tout individu en possession de ses moyens.
Si l'on fait 6 pas de 1 mètre en 1 seconde ce qui correspond à la pensée au 6ème de seconde, nous parcourons alors 6 x 3 600 m en 1 heure soit une vitesse de 21,6 km/h ce qui n'est pas à la portée de n'importe qui, mais des meilleurs coureurs à pieds du monde, et qui doit correspondre au record de l'heure en athlétisme, si cela se pratique encore de nos jours.
Cette vitesse permettrait de courir le marathon en moins de 2 heures ce qui est pour le moment considéré par les spécialistes comme la limite des capacités humaines. Actuellement le record du marathon doit se situer aux alentours de 2 heures 5 minutes.
Que pensez-vous de ma comparaison, est-elle valable, correspond-elle avec les effets de la pensée au 6ème de seconde ?
-------------------------------
Réponse de : Daniel STIENNON
« Votre observation est exacte ; d'ailleurs les mantras rapides sont utilisés par certains moines tibétains et Yogis par exemple lors de l'exécution de travaux physiques pénibles. Je connais des Phosphénistes cyclistes qui pratiquent la pensée au sixième de seconde à chaque montée un peu forte de col. Le fait de pratiquer les Mantras au 6ème de seconde accroît de façon significative les performances physiques.
Le Mental sera toujours le meilleur doping… »


Ancien pratiquant
Nous sommes dimanche et nous avons rendez-vous pour expérimenter la fameuse Phosphenic Machine ou Synchro-Cyclotron cérébral. Je dis nous, car en fait nous sommes un groupe, tous pratiquants de la méditation gyroscopique et tous rompus à l'œuvre du Docteur LEFEBURE.
Tous nous avons expérimenté cet éveil, certes à différents degrés, car il y a dans le groupe plusieurs personnes qui n'hésitent pas à dire qu'il leur arrive de pratiquer cinq heures par jour de méditation gyroscopique tant elles sont impressionnées par les effets… Comment font-elles ? il y a un retraité, un prof de Yoga, un qui a pris une vie « sabbatique »… Autre point commun, nous avons plusieurs années d'expériences de Méditation Gyroscopique.
Le plus ancien pratiquant a commencé en 1981 suite à sa rencontre avec le Dr Lefebure et s'entraîne depuis cette date de 1 à 2 h par jour !
En tant que narrateur, je me propose de vous conter cette journée exceptionnelle qui restera pour nous tous à jamais gravée dans nos esprits.

Certains viennent de loin à l'invitation de Daniel, n'ayant pas hésité à franchir les frontières. Mais nous voici tous ainsi réunis, liés par cette quête de l'éveil de la Koundalini. Nous sommes accueillis par un médecin et par Claire, chercheur au CNRS.
Ce n'est pas sans une certaine excitation contenue que nous nous dirigeons vers le local où se trouve la machine. Dès le premier contact avec ce qu'il faut bien appeler la  phosphenique-machine », nos yeux scintillent d'émerveillement. Je ne pourrais vous en décrire toutes les options, mais je suis sûr que même les passionnés de science-fiction n'auraient jamais eu l'idée d'une telle machine. Nous avons tous l'impression d'être un peu comme des enfants face à un énorme jouet (qui ne tiendrait pas dans un salon) et dont on attend la mise en route et quelques explications sur son fonctionnement.

Ceci étant fait, je me propose d'être le premier à partir à la conquête d'une nouvelle aventure avec la fantastique Phosphenic Machine de l'École du Docteur LEFEBURE. Je m'installe donc sur un fauteuil agréable et je mets ma ceinture de sécurité comme demandé (la même que celle que l'on utilise dans sa voiture). La machine se met en route, des lumières blanches s'allument, ainsi que des lumières de couleurs. Un disque de 4 mètres de diamètre formant une structure géométrique complexe se met à tourner. Des sons se mettent à sortir des haut-parleurs qui encerclent la machine. Un cylindre métallique, mais de même composition que les métaux de détection utilisés en radiesthésie et en radionique se met à tourner autour de moi. En quelques secondes on a l'impression que ce tube « balaie » votre aura, puis le siège réglé sur le niveau 22 se met à tourner. Je ferme les yeux.

Après 3 minutes de rotation à vitesse constante l'arrêt se produit. Je garde les yeux fermés, attentif aux sensations. Pendant peut-être deux petites secondes il ne se passe rien. Puis d'un coup, avec une violence et une force inouîes, je me sens comme arraché « hors de mon corps ». Alors je ressens mon double pris par une puissance inouîe très agréable, un peu comme si j'étais enveloppé par un sentiment de volupté. La sensation est très forte, et alors que je pensais qu'elle allait s'arrêter après une seconde d'accalmie, la sensation « d'arrachement hors du corps » est repartie de plus belle. À tel point que si je n'avais pas vu de mes yeux les autres passer, j'aurais juré qu'ils avaient remis la machine en route.

À peine cette nouvelle sensation « évaporée » je suis surpris par une montée de Koundalini d'une incroyable puissance et majesté. Non seulement je perçois cette colonne énergétique monter à travers mon corps mais en plus j'ai l'impression de n'être plus qu'une boule d'énergie condensée à la puissance 10. J'arrêterai là la description, car bien qu'il ne puisse y avoir aucun effet de suggestion je pense qu'il est préférable que chacun découvre par le vécu quelque chose d'aussi étonnant.

C'est donc après plusieurs minutes d'observation que j'ouvre les yeux et que je me lève tranquillement. L'on y ressent un formidable bien-être, une clarté d'esprit ; toutes les fonctions intellectuelles sont activées. La recherche tant espérée de la Koundalini, force mystérieuse, est atteinte sans le moindre effort et avec tous les bienfaits de cette pratique.

Vraiment c'est incroyable, trois minutes seulement et d'infinies possibilités de voyages interplanétaires avec fusion de la conscience et une multitude d'autres expériences plus belles les unes que les autres…
Quel bonheur…
Voilà réellement l'initiation du futur.
Quelle journée… Vivement la suite…
Daniel, juste un mot au non de tous MERCI !


Yannik. - SUISSE
Monsieur Stiennon,
Suite à la mise en pratique de la triode spirituelle et d’une amélioration sensible de la qualité de mes balancements physiques, je me permets de vous faire parvenir un compte rendu d’expérience :

Depuis un peu plus de deux mois, je pratique la triode spirituelle (ascendante la première semaine et à part égale avec la descendante la semaine suivante) à raison de 3 à 4 sessions journalières. Un phosphène, de son stade initial au stade négatif jusqu’à l’extinction plus ou moins totale de la 4ème lumière, dure dans mon cas approximativement 6 à 8 minutes. Je structure mes entraînements de la façon suivante : 30 — 35 secondes d’éblouissement, 3 à 5 minutes de projection de points de conscience de la couleur complémentaire à celle du phosphène à ce moment de l’exercice, puis j’observe mes pensées et la 4ème lumière durant 1 à 3 minutes. Chaque session est composée de 2 cycles. Je pratique dans la mesure du possible avant le repas sauf à midi (mon lieu de travail n’est pas encore assez calme, je m’isole dans une salle de conférence après le repas).

À ce niveau, j’ai pu constater un certain nombre de phénomènes. Pour commencer, dans la première semaine de pratique, j'ai pu noter que le point de concentration se reformait effectivement durant la journée. On peut à cet effet constater qu’il est d’ailleurs nettement plus brillant que ce qui m’est atteignable par visualisation.
Je visualise une sorte de petite étoile au niveau du chakra de base. Quand il se reforme, il a plus l’aspect d’un soleil ; avec les fluctuations de teintes que ça comporte. Chez moi, dans les tons bleutés à orangés, se mouvant à la surface du point. J’ai pu remarquer qu’à ces moments, l’apparition des auras se fait automatiquement pour un peu que je sois réceptif.

En outre (et je parle cette fois de la triode descendante), le point de concentration se reforme objectivement au niveau physique des phosphènes en ayant acquis une brillance 100 fois supérieure à celle du point habituel.
Contrairement à une visualisation ou à la reformation du point sur le chakra de base, il a tendance à rester très petit alors que dans l’autre cas, je ressens plutôt un sentiment d’immersion. D’ailleurs probablement dû au fait qu’il n’est pas très naturel de se scruter le périnée dans le courant de la journée et que le phénomène se produit plus au niveau émotionnel.
Lors de certaines sessions, principalement quand je rejette l’énergie « sur le monde », un sentiment de grande chaleur se produit à la hauteur des avant-bras.
Quand je pratique la triode descendante, le point se reforme au niveau du chakra de base, et le contraire se produit lors de la triode ascendante. Au vu de la loi d’analogie, ce phénomène paraît très naturel et me conforte dans l’idée que cet exercice est des plus fonctionnels.

Au niveau des buts recherchés, j’ai pu constater que mes observations sur les auras des gens s’accompagnaient dorénavant d’un ressenti émotionnel plus complet. J’ai en outre fait un ou deux rêves prodromiques. Cela dit, à ce niveau, je ne peux garantir qu’ils ne soient pas issus des déductions logiques d’une réflexion subconsciente.
Lors de l’accumulation de charges énergétiques, je peux voir les décharges et étincelles sans effort particulier de visualisation.
En outre et pour terminer, après la disparition du phosphène négatif, lorsque subsiste la 4ème lumière et que je rajoute à l’exercice des balancements antéropostérieurs (ou biconcentration verticale) j’ai pu constater ce qui me semblait être une résurgence du phosphène… mais quand j’ai pris conscience de sa nature tourbillonnante et de sa couleur indigo fixe…) Mon chakra frontal. Quel étourdi… Depuis, il est relativement aisé de le percevoir en me concentrant. Cela dit, je n’y parviens pas encore sans environnement calme.

Patience est mère de toutes les vertus et tout vient à point à qui sait attendre ! HEHEHE, ça se passe de commentaires.
Merci Monsieur Stiennon pour nous permettre de vivre ces fabuleuses expériences en faisant perdurer l’enseignement du Dr Lefebure !
Accompagné de mes plus vifs sentiments de reconnaissance.
Bon baisers de Suisse.


M. Stéphane M.
 En ce qui concerne les sensations et les phénomènes intérieurs, certaines images, sans signification apparente, surgissent puis s'effacent : des éclairs, des flashes, des vibrations dans le corps. Il m'est arrivé de ressentir un choc, un tremblement éclair lors de balancements verticaux, un sentiment d'élévation lors de l'exercice de télépathie phosphénique ou des images qui surgissent pendant les exercices, telle l'illumination du Christ, des sphères reliées entre elles, des étoiles, la terre, des visages inconnus, des sensations de quitter le corps physique. Je tiens à vous remercier de m'avoir « éclairé » sur cette voie.


Mlle Françoise B.
Les techniques phosphéniques m'ont permis de développer la clairvoyance, l'intuition, de me dédoubler, notamment dans les voyages astraux avec sensation d'envol, de déplacement. J'ai observé aussi plusieurs phénomènes de télépathie.
Au départ, je souhaitais travailler le développement du magnétisme à but curatif mais au fur et à mesure de la pratique des techniques phosphéniques, mon intérêt s'est porté vers un autre sujet, en particulier le dédoublement astral.


Mme Carole H.
 La pratique du Phosphénisme m'a apporté une concentration plus grande avec moins de fatigue ; également une maîtrise de l'émotivité liée à certaines situations professionnelles précises, donc un certain recul.
J'ai pu constater que mes voyances au Cabinet étaient plus claires, plus précises. Je cerne mieux les événements, les retiens mieux.
D'autre part, cette pratique a permis des dédoublements et voyages astraux extrêmement intéressants avec informations, accès à la mémoire akashique et visions de mondes et de galaxies différents également. En outre, la pratique régulière du Phosphénisme procure un sommeil plus relaxant, un réveil calme et détendu.


M. E. B. L.
 J'ai lu votre dernier communiqué dans votre revue. Aussi, je prends la liberté de vous signaler que je pratique vos exercices de convergence à la racine du nez et de respiration rythmique. Les exercices respiratoires ne présentent pas pour moi de difficulté. Il n'en est pas de même pour la convergence oculaire. Je me permets aussi de vous signaler qu'il m'est arrivé à plusieurs reprises de vivre l'expérience du « réveil dans le sommeil » que vous mentionnez dans Les Homologies. D'autre part, j'ai obtenu de bons résultats dans des essais de télépathie.


M. J.-C. A.

J'ai pu donner à deux groupes de mes étudiants en biologie une introduction, de 2 heures chaque fois, sur le Phosphénisme. À la suite de la première rencontre, une dame qui y assistait m'a dit maintenant comprendre pourquoi elle avait pu prédire des événements et ce, jusqu'à l'âge de 20 ans. Elle a arrêté, il y a dix ans car elle se sentait « anormale ». Toute jeune, elle s'amusait, m'a-t-elle conté, à regarder le soleil, les lampes et le bout de son nez !

Une autre amie fait des rêves prémonitoires en rapport avec des accidents ou des morts de personnes de son entourage. Plus jeune, elle a eu de nombreuses expériences mais son entourage ne l'acceptait pas, jusqu'à ce qu'on lui fasse subir des tests psychologiques et même des électrochocs ! Elle reprend graduellement contrôle de ses dons, après avoir été forcée d'arrêter. Elle m'a avoué que pour pouvoir se regarder le bout du nez, elle se cachait dans la garde-robe ! Elle aimait bien aussi regarder le reflet du soleil sur la rivière, devant chez elle.

J'ai eu un autre succès dans mon exposé. Pendant un phosphène, un de mes étudiants avait une main devant les yeux. Tout à coup, alors que je me tenais devant lui, avançant et reculant dans le noir en attendant que leur phosphène soit terminé, il a sursauté sur lui-même en se disant : « Je rêve, je vois André ». Il voyait mon contour un peu lumineux. Je lui ai, par la suite, expliqué la vision pendant la lueur diffuse. Dès sa surprise en me voyant, il a enlevé sa main et ne vit plus rien évidemment !
J'ai rencontré également plus d'un sceptique mais plusieurs se sont emballés. Il ne reste que l'effort de faire des phosphènes tous les jours, ce qui n'est pas gagné chez la plupart ; ils ne sont pas trop réceptifs.

J'en fais faire un avant mon cours et un à la fin. J'ai déjà l'impression que l'attention sur la discussion en classe est meilleure qu'avec mon groupe de l'an passé.

Une étudiante a mis son professeur dans un phosphène avant une rencontre avec lui et a été agréablement surprise de la qualité de celle-ci pour discuter de son projet de recherche.


Mme Gabriela V.
(…) J'ai eu plusieurs rêves et visions concernant votre école et je voyais surtout toujours une sorte d'ange qui faisait la convergence oculaire. Ça m'est même arrivé dans le train, en fermant les yeux pour un petit instant. Le Phosphénisme semble vraiment « m'avoir mordue » ; je ne trouve pas la bonne expression…


Gisèle C.
Je dormais. Un grand bruit me réveille. Il fait noir, sans aucune lumière, même faible. Assise, je regarde autour de moi et ne vois rien. Allongée de nouveau, je lève les yeux et dans le noir, je vois la Sainte Vierge, les mains jointes, priant au-dessus de moi. Je suis très heureuse de la voir venir vers moi ; je la remercie de sa visite et lui manifeste ma joie. Cela ne dure que quelques secondes et elle s'en va. Après son départ, il restait dans le noir trois ou quatre femmes. Je pense que c'étaient des Saintes. Je les ai aussi remerciées pour leur visite qui m'a fait grand plaisir. Elles aussi ne sont pas restées très longtemps et elles ont suivi de peu la Sainte Vierge.


M. Raymond R.
C'est souvent l'environnement du soleil qui tourbillonne mais parfois aussi, quoique très rarement, c'est le soleil tout entier. Par contre, lorsque ce dernier phénomène se produit, le tourbillonnement ne part jamais du centre du soleil mais est toujours précédé par un point qui semble tourbillonner à sa périphérie, pour se propager vers l'intérieur soit brutalement, soit progressivement.
Vendredi soir, aux environs de 19 h, je rentrais chez mes parents en voiture. Le soleil allait bientôt se coucher et était tout rouge, donc absolument pas éblouissant. Je le regardais de temps à autre lorsque la conduite de ma voiture me le permettait. À un moment, je le vis tourbillonner une seconde dans un sens, une seconde dans l'autre. J'ai essayé de voir quel effet avaient les exercices physiques pendant la fixation du soleil : tensions musculaires statiques, balancements latéraux et antéro-postérieurs de la tête, rotations de la tête, rotations rapides et jetant le menton à droite puis à gauche. Aucun de ces exercices n'a donné de résultats positifs mais ils semblaient, au contraire, tout embrouiller.
J'avais, par contre, envie de balancer le haut de mon corps, sur le rythme d'une seconde dans un sens, une seconde dans l'autre, c'est-à-dire en synchronisme avec le soleil. J'ai donc effectué ce balancement d'amplitude assez réduite, environ 15 à 20 centimètres de part et d'autre de l'axe du corps. J'ai alors trouvé cet exercice très agréable et la rotation de l'environnement du soleil semblait entretenue par ces mouvements.


M. André M.
Après avoir fixé le levé du soleil pendant une minute, j'ai regardé un point lumineux à sa périphérie. Puis, je me suis balancé du haut du corps, une seconde dans un sens, une seconde dans l'autre, suivi du point de concentration qui faisait le tour du soleil. À l'arrêt du mouvement, je fixe un point rouge tournant à côté du soleil. Celui-ci me paraît s'obscurcir, puis devenir blanc, enfin rouge. Il y a autour comme un nuage. Une auréole blanche tourne à la périphérie du soleil, ce qui provoque un sursaut du soleil. Ensuite, je vois un croissant de la couleur rouge qui apparaît sur le côté du soleil, se balance et s'échappe vers le haut du soleil. Je vois 5 taches rouges espacées qui paraissent de la grosseur d'un ballon de football, puis je perçois un sifflement d'oreilles.
Mon impression était d'être en relation avec « l'extérieur » et qu'une voix avait envie de me parler.
J'ai oublié de vous dire que lors d'un exercice fait au soleil couchant, j'ai vu autour de lui une grande lumière jaune qui apparaissait toutes les secondes ; sur la crête de la montagne, sur une grande distance, il y avait aussi une lumière qui me paraissait un peu rougeâtre et montait à environ deux mètres de haut. Ce sont des exercices admirables et je sens que le soleil me fortifie le mental.


M. Richard S.
 Je ne pratique les exercices de balancements du point de concentration que depuis peu de temps et le vocabulaire permettant de décrire mes impressions me fait un peu défaut. Je vais donc m'efforcer de m'exprimer le plus clairement possible.
Il faisait nuit dehors mais l'intérieur était rempli d'une clarté opaque qui permettait de distinguer le contour des objets. Par la baie vitrée, j'apercevais les étoiles et en particulier, l'éclat de l'une d'entre elles, la plus grosse. Au bout d'une heure, j'entrevis des taches claires qui se mouvaient au milieu de la pièce. J'observai le rideau de gaze qui ondulait légèrement et attribuai aussitôt les taches en mouvement à ces ondulations. En fait, les taches s'agitaient de plus en plus et le rideau était dans une immobilité parfaite. Je fermai les yeux pour chasser ces visions et lorsque je les rouvris, les « ombres » étaient au-dessus du lit.
Mes yeux se tournèrent alors vers l'étoile et celle-ci m'apparut, à travers la gaze du rideau, avoir la forme d'une croix dont les branches étaient en pointes, avec un cercle au centre. Je ne me serais pas étonné outre mesure si, après l'avoir contemplée un bref instant, je n'avais vu briller un point lumineux au plafond de la chambre. Ce point lumineux ne ressemblait en rien à un phosphène. Il était semblable au point de concentration qui s'impose à mon esprit et je pouvais reporter mon regard sur les murs ou sur tout le plafond : le point lumineux restait toujours dans mon champ visuel. Les formes qui se mouvaient dans la pièce étaient maintenant très rapprochées de moi. De violents frissons me parcouraient le corps et je n'arrivais pas à les dominer.
Je fis alors cette prière muette : si vous êtes des âmes errantes, si vous cherchez le chemin de la vérité, si vous aspirez à vivre dans la Lumière de Dieu, regardez ce point lumineux au plafond, symbole de l'infiniment petit et de l'infiniment grand, et vous trouverez le chemin qui mène à lui. Aussitôt, le point se mit à tourner en spirale dans ma direction, tout en grandissant. La lumière phosphorescente me traversa et je fus inondé d'un bonheur intense. J'eus l'impression que mon corps flottait dans le vide, au-dessus du lit. (…) Puis, je revoyai en pensée la lumière qui m'avait inondé.
Je ressentis bientôt le besoin de fermer les yeux. C'était plutôt comme une voix, venue non de moi-même mais de ces esprits, qui me suggéra de fermer les yeux.


M. André M.
 Le 28 août à 21h30, j'étais dans le jardin, assis sur un pliant. Le ciel était bleu étoilé et je faisais l'exercice de concentration suivant : faire monter des étincelles depuis le périnée, puis visualiser une lumière jaune s'élevant jusqu'en haut du thorax ; ensuite, des étincelles qui sortent par le sommet du crâne et se répandent dans le cosmos en formant un grand cercle.
Pendant que je faisais cet exercice, mon regard était fixé vers le ciel bleu étoilé. Au moment où les étincelles s'installaient dans le plan cosmique, une étoile s'est détachée du ciel, sur ma gauche, pour venir dans ma direction, c'est-à-dire en face de moi, mais loin de moi. Cette étoile a explosé en fournissant plusieurs couleurs : vert, rose et jaune, ce qui formait un cercle sur un diamètre d'environ trois mètres cinquante. C'était la première fois de ma vie que je voyais une telle chose. Cela m'a fait très plaisir et mon impression, sur le moment, était comme si on me demandait de travailler avec le cosmos.


Joseph S.
 (…) J'ai fixé une étoile, une belle étoile. J'ai très vite remarqué qu'elle était différente des autres. Elle semblait briller davantage et mes yeux ne la quittaient plus. Tout à coup, elle sembla se rapprocher de moi et reprendre sa position initiale selon un rythme bien particulier (Il m'est impossible de décrire le phénomène avec plus de précision). J'ai abandonné la fixation lorsqu'elle m'apparut encore beaucoup plus grosse, me donnant l'impression étrange de s'approcher de la Terre considérablement et très vite.


Serge G.
 Il m’est arrivé plusieurs phénomènes de clairaudience en général au petit matin, en demi-sommeil :
- une voix de femme très cristalline
- note de musique très aérienne, genre harpe
- bruits divers-carillon


Christiane V.
 Pendant un stage de formation, il nous a été proposé de faire un gustatophène. Nous avons donc fait un phosphène en essayant de retrouver le goût, pour ma part du chocolat. Après avoir éteint la lampe à ma grande surprise je suis partie très vite en arrière en retraçant l'historique du chocolat.
À mes 19 ans une jaunisse (excès dudit chocolat) ensuite à l’âge de 4 ou 5 ans je me revois devant une armoire dans la cuisine où ma mère avait caché un œuf en chocolat. Ainsi de suites, le phosphène m’a permis de prendre conscience des rapports que j'ai pu avoir avec le chocolat tout au long de ma vie…


Didiera
 J'ai réessayé la respiration cyclogène, vue lors d’un stage.
 Comme visualisation, j'ai pris un mouvement circulaire au thorax. Je dois dire que j'ai eu des résultats étonnants. Au bout de quelques minutes, mon rythme s'accélère, s'accélère de plus en plus, et j'ai comme un orgasme de la poitrine. C'est la meilleure formulation que j'ai trouvée pour expliquer ce phénomène très, très plaisant.


Ommani
 Depuis plusieurs nuits déjà, je faisais des rêves de vol…
Et cette nuit une expérience terrible, au sens de sensation d’anéantissement physique… et d’illumination…
Soudain je ressens un courant d’une force inouïe me submerger, comme un torrent du cœur vers le crâne, une énergie qui s’amplifie, comme un orgasme multiplié par 1000, à tel point qu’anéanti j’émets un râle avant de m’écrouler pantelant et vidé de toute force… C’est à ce moment qu’une lumière blanche irradiante comme le soleil mais non aveuglante semble exploser dans ma tête et mon champs visuel.


Athome
 Ayant passé une nuit courte (décidemment, j'ai l'impression que c’est un facteur déclencheur d'expériences), ce matin je décide de faire au lever une petite séance d'acouphène avec observation de mon chaos visuel.
Au bout d'une demi-heure environ, je suis soudain pris de TRÈS FORTS tremblements et vibrations de tout le corps et comme un bourdonnement…
S'ensuit une musique de type « classique », qui résonne d'un coup dans toute ma tête pendant une bonne minute !
Je décide d'interrompre l'expérience, histoire de vérifier que ce n'est pas le voisin qui a décidé de se faire un « trip classique ». Rien !
Donc je reprends l'exercice et, quelques minutes après, cette musique classique revient de plus belle !
Voila pour l'acouphène et mes premiers résultats dans ce domaine…


Harmonik
 J'ai de temps en temps, quand je fais des phosphènes, des visages qui me regardent ou une foule grouillante avec des visages minuscules (c'est fou ce qu'on arrive à faire entrer dans un phosphène !). Sinon j'ai eu un tronc d'arbre creux d'une hauteur de 400 m à travers lequel on pouvait voir le ciel. J'ai aussi régulièrement des mandalas superbes. Dommage que je ne sache pas dessiner.


Josée
Je viens partager d'heureuses surprises que j'ai eues avec mes phosphènes. À 2 reprises, mon phosphène s'est modifié sur le pourtour et une fleur a émergé. Une écriture passe à travers le phosphène de droite vers la gauche sans que j'arrive à décoder. Un cristal apparaît dans mon phosphène. J'ai noté avoir ressenti un grand bien-être une trentaine de minutes après ma séance, quelque chose d'une belle légèreté, quelque chose d'heureux et de joyeux.
Je suis très contente de ces premiers résultats ; mes rêves sont aussi plus colorés et plus réels.


Dominique S.
J'ai grande joie à disposer de ce guidage précis et patient qui m'a déjà grandement libérée d'une véritable petite dépression matinale en forme de vieille valise que je traînais depuis mon départ à la retraite !


Marcus
J'ai maintenant 66 ans (je n'en reviens pas !) et je connais le Phosphénisme depuis longtemps. J’étais venu voir le centre à Paris, bd de La Chapelle je crois, et j'y avais acheté des livres passionnants, mais je n'avais pas suivi de cours. Avec le recul, je pense que c'était une erreur, car je n'avais pas progressé.

Comme un certain nombre de jeunes de l'époque, j'étais parti 9 mois en Inde en 1975 ou 76. J'y ai eu une expérience extraordinaire que j'ai reliée plus tard au Phosphénisme. C'était le soir à Pondichéry dans un lieu appelé Sérénité créé par un Français à la retraite (Pondichéry, lieu où a vécu Sri Aurobindo…). Ce lieu était fait de "cases" au bord de la mer.

Donc un soir des amis sont venus dans ma "case". J'étais très fatigué avec une bonne angine, mais je les ai reçus. Au bout d'un moment je me suis retrouvé dans un état difficilement descriptible si ce n'est que j'étais dans un état extraordinaire. Je voyais tout autour de moi-même là où mes yeux ne pouvaient voir. Je n'avais jamais vu le relief avec une telle acuité, une telle profondeur. J'ai pris conscience de beaucoup de choses et j’ai compris l'état dans lequel pouvait se trouver certains mystiques, certains Sannyasins qui dédient leur vie au monde spirituel.

Quand je suis sorti de cet état, il n'y avait plus d'angine, un état extraordinaire qui guérit ! Ce n'est que plus tard que j'ai relié le fait qu’à cette époque je me levais tous les matins et allais admirer le soleil se lever sur la mer. Le soleil arrivait et un chemin de lumière me reliait animé de petites vaguelettes qui finissaient par devenir roses (co-phosphènes). Mes états méditatifs de cette période mixés avec les phosphènes et les mouvements de la mer avaient créé et abouti à cela.

Un grand désir m'anime de retrouver des états de conscience similaires et bien plus encore… Maintenant je suis dans une démarche de travail avec l'énergie : Reiki, magnétisme… et évidemment Phosphénisme. Merci pour votre enseignement.


Jean-Marc N.
Je voudrais vous témoigner ma gratitude pour tout ce que vous nous donnez, vous personnellement et toute l'équipe qui vous entoure et qui œuvre au quotidien pour chacun d'entre nous. C'est une grande chance pour nous.

Je suis loin de savoir vers où l'aventure entreprise à vos côtés m’amènera, mais je pressens que c'est vers le meilleur de moi-même.


Loïc G.
La lecture de toutes vos fiches ainsi que l'acquisition de la lampe m'auront permis de développer certaines capacités cachées et qui font surface un peu plus chaque jour. L'empathie accrue ainsi que certaines prémonitions apparaissent. L'ensemble étant, selon moi, de développer une philosophie de vie permettant alors de se détacher des difficultés rencontrées dans la vie quotidienne.

Il y a environ 7 mois, j’ai eu des visions prémonitoires qui se sont réalisées le jour même de la venue d'un éducateur canin pour mon chien que j’attendais. Dans ma vision, il était accompagné de son amie, ce qui n'était pas prévu. Et effectivement elle était bien présente avec en plus un groupe d'autres personnes.

Il y a 2 ou 3 mois de cela, j'ai rêvé de deux personnes, dont l'une était ma grand-mère. Au réveil j'avais un très mauvais pressentiment. J'ai appris quelques jours après que le petit-fils de la sœur de ma grand-mère (mon petit cousin) était décédé dans un accident.

Puis j'ai rêvé d'un ami avec le même pressentiment. Je savais sa mère malade et affaiblie. Quelques jours après il m'a appris le décès de celle-ci.

J'ai le sentiment que ces rêves doivent bien évidemment être interprétés afin d'en connaître la signification. Pour le second, je "savais" que sa mère allait décéder du fait de mon rêve précédent, car il était inenvisageable qu'il s'agisse de la mort de mon ami.

On ne contrôle pas vraiment ses et ces pensées.

Plus récemment j'ai "vu" et "senti" que mon amie avait reçu des nouvelles par texto d'un ancien "copain". Après de multiples questions, il s'est avéré que j'avais raison.

C'est vraiment quelque chose que je ne contrôle pas, comme je l'ai expliqué à mon amie. C'est plus fort que moi.