ESPACE À L’INTENTION DES
PRATIQUANTS

Le Phosphénisme : c’est un vaste champ d’expérimentation.
Galerie des phosphénistes

Alain69
Vidéo PHOSPHENIC MACHINE.
(le programme vous demandera peut-être d’installer QuickTime. Désactivez votre anti-virus et suivez la procédure)
Après l’installation de QuikTime si la vidéo ne démarre pas, redémarrez le PC.
La vidéo peut mettre quelques secondes avant de démarrer.

TÉMOIGNAGES SUR LA PHOSPHENIC MACHINE

Les témoignages sur la Phosphénic Machine étant dispersés dans différentes rubriques du forum, il nous a semblé intéressant de les regrouper et de présenter une synthèse.

Extraits de témoignages

Témoignage 1
Montée de Koundalini et dédoublement
Après 2 min de rotation sur la Phosphenic Machine, j’ai senti une énorme colonne d’énergie de 10 à 15 cm de diamètre qui s’est mise à monter d’un coup en partant du bas de ma colonne vertébrale dès que le siège s’est arrêté de tourner. Cette énergie est montée très rapidement jusqu’au sommet de mon crâne. Ne trouvant pas « d’issue » par le haut, elle est légèrement redescendue en remplissant la moitié supérieure de mon crâne comme une demi-sphère renversée posée à plat. Le flux d’énergie cherchant toujours une issue est alors sorti par le 3e œil. C’était alors comme si j’étais un radar qui détectait tout ce qu’il voyait, tout ce qu’il touchait. En même temps, je voyais cette colonne d’énergie montant en flux continu, et ce rayon qui balayait tout autour de lui : j’étais moi-même cette colonne d’énergie. Je ressentais cette énergie en moi et je la visualisais en spectateur. J’étais dans le noir total, toutes lumières éteintes, des lunettes vidéo sur les yeux fermés et je voyais tout ce qui se passait dans la pièce comme en plein jour. J’étais à la fois acteur et spectateur de l’expérience. Je voyais ce rayon qui balayait tout comme un radar en tournant tout autour de l’axe de mon corps. Je sentais tout ce que rencontrait ce rayon lors de sa rotation. Après quelques instants, c’était devenu une multitude de rayons qui sortaient de ma tête. J’avais l’impression que le rayon sortant de mon troisième œil se dédoublait à l’infini tout autour de ma tête. J’avais alors un ressenti instantané à 360° de tout ce qu’il y avait autour de moi dans cette pièce obscure, avec toujours l’impression double d’être acteur et spectateur.
J’étais totalement éveillé et conscient durant toute la durée de cette expérience. C’était la première fois que je sentais la Koundalini monter tout en me dédoublant. C’est une expérience très forte et inoubliable…

 

Témoignage 2
À la suite du stage du samedi 6 octobre à Lyon, j’ai ressenti des choses nouvelles, et cela a évolué au cours de la semaine suivante.
Contexte : Lors de cette journée, nous nous sommes entraînés à partir d’exercices de pensée rythmée, puis nous avons essayé la phosphenic machine mise au point par Alain69 et présentée dans « UNIVERS ÉNERGIE PHOSPHÉNIQUE n° 3 ».
Effets et résultats : Deux jours après cet entraînement, j’ai ressenti, à plusieurs reprises, des vibrations au niveau du périnée. Je me suis concentré sur la sensation. Les vibrations se situent au niveau du chakra Mouladhara ; le phénomène dure de 5 et 15 secondes.

 

Témoignage 3
Pour ma part, dès les premières secondes de rotation, j’ai ressenti un décollement du corps éthérique et son expulsion par la force centripète. Imaginez une fronde qui tournoie et qui libère son projectile. Surpris, je n’ai pas eu le réflexe de me laisser décoller. Au contraire, j’ai cherché à réintégrer mon corps. Je pense qu’avec un peu d’habitude, il me serait possible d’accompagner le mouvement au lieu de l’entraver.
Les personnes ayant des facilités à quitter leur corps peuvent décoller en quelques minutes seulement.
Le fichier subsonique qui passait pendant la rotation de la machine me semble très propice à entraîner la rotation de la pensée, et en plus, il est bien plus agréable à écouter que le claquement au 1/6e de seconde.
J’encourage donc les compositeurs Phosphénistes à composer d’autres morceaux dans les harmoniques du 1/6e.
Un grand merci à tous les participants de cette journée fort sympathique, et à ceux qui ont participé à l’élaboration des fichiers sons.

 

Témoignage 4
Voici les sensations subjectives que j’ai perçues lors de mon voyage sur la Phosphenic Machine.
Après m’être équipé, je m’installe sur la Phosphenic Machine qui est alors mise en marche. Elle tourne sur le plan horizontal avec une légère perturbation verticale. Les yeux ouverts derrière les lunettes, je regarde l’écran de cinéma tout en étant entraîné dans une rotation. Sur cet écran est projetée une image multicolore tournante (comme un gyrascope). Après quelques minutes de rotation, la machine s’arrête. Je perçois la stimulation de mon sens du gyrophène. Mon « double » se met alors en rotation sur le plan horizontal. Je fais un effort mental pour transférer ma conscience dans mon double, c’est-à-dire la partie de mon moi qui tourne, et j’ai réellement la sensation de continuer à tourner. Je suis peu conscient des effets du son tournant émis par les haut-parleurs positionnés au-dessus de la tête. La sensation de rotation ralentit puis s’arrête. La Phosphenic Machine se remet en rotation horizontale. Je fais un effort mental pour garder ma conscience dans mon double. Je perçois très nettement la séparation de mon moi physique et de mon double, dans lequel ma conscience est totalement transférée. Je ferme les yeux et je vois l’image d’une galaxie en rotation, puis les rotations de la Phosphenic Machine s’arrêtent. Mon double continue à tourner, puis il ralentit, s’arrête et repart dans une rotation en sens inverse pour finalement s’arrêter dans mon corps physique.
C’était un moment formidable. L’expérience était très agréable. J’espère que ma conscience aura mémorisé la séparation de mon corps physique et de mon « double ».
Grâce à la Phosphenic Machine, Alain nous a permis de vivre un moment merveilleux. Merci à tous les participants et à tous ceux qui construisent de nouvelles machines faisant ainsi progresser le phosphénisme.

 

Témoignage 5
À l’occasion du stage à Lyon en octobre, mon épouse Yasuko et moi-même avons eu l’occasion de tester pour la première fois la Phosphenic Machine d’Alain69.
Personnellement, j’ai ressenti une très forte stimulation du gyrophène avec une sensation de glissement latéral de mon corps éthérique : quand le fauteuil s’est arrêté de tourner, j’ai eu l’impression de me déplacer latéralement, un peu comme si j’étais monté sur coussins d’air. Yasuko a ressenti une sensation d’ascension. Quand le siège s’est arrêté, elle a eu l’impression de monter à grande vitesse vers le ciel. Le processus lui a rappelé le film Contact avec Jodie Foster.


Note : nous n’avons pas cité de noms ; certains d’entre vous se reconnaîtront dans ces témoignages extraits du forum qui, tous, confirment le potentiel considérable de la Phosphenic Machine qui, comme il convient de le rappeler, dérive directement des travaux du Dr LEFEBURE.


phpa
Ce Phosphénaute propose un petit programme exécutable sur PC uniquement permettant la pratique gyrascopique sur son écran d’ordinateur.
Idéal pour relancer les ryhmes sur son lieu de travail… par exemple.
lien de téléchargement : gyrascope_beta1.exe


Alain69
Après avoir lu le témoignage de Francisco Rodríguez sur ses méthodes d’expérimentation (voir ci-dessus n°5), j’ai voulu essayer sa technique avec 2 balles de ping-pong.
Avec un cutter, j’ai découpé bien délicatement 2 balles, car il y a toujours une demi-balle à jeter à cause de la marque qui est écrite dessus.
J’ai fait hier soir une séance avec le gyropulsar et les balles de ping-pong : impressionnant. L’effet pulsant du phosphène est décuplé lorsqu’on met les 2 demi-balles sur ses yeux et en plus c’est de toute beauté. On en prend vraiment plein les yeux. On a l’impression que le phosphène va exploser dans la figure.
À tous ceux qui ont la chance d’avoir un gyropulsar, je vous recommande d’essayer l’expérience sans attendre, d’autant que, vu le prix d’une balle de ping-pong, la dépense est minime. Franchement, vu le résultat, ça vaut vraiment la peine d’essayer. J’ai fait l’expérience avec des balles blanches, mais il existe des balles de différentes couleurs que je vais essayer. Selon le thème de méditation choisi, il sera ainsi possible d’adapter la couleur.
À vos cutters et à vos balles, mais attention aux doigts…


UNIVERSIDAD DEL DEPARTAMENTO DE GÖTEBERG LA PSICOLOGÍA
Procédé (technique) Ganzfeld et Phosphénisme.
PHOTOS
L’auteur : Phosphéniste à Mexico.


VOICI MON GYRASCOPE AVEC VIDÉO.
Voici mon gyrascope… enfin ! mais il est encore très bruyant (je dois mettre le baladeur sur les oreilles) et à mon avis il tourne trop vite car lorsque je ferme les yeux le phosphène tourne pendant une quinzaine de secondes puis cesse sa rotation… qu’en pensez vous ?
Moteur : vieille visseuse.
Alimentation : transfo de 3.5v à 12v (variable) à inverseur de polarité hélice : plaque d’alu brillant de chez castorama.
Merci à bientôt.

PHOTOS
L’auteur : ios
Réponse : la vitesse est en effet trop élevée pour les pâles miroirs.


CE QUE JE VOIS DANS MON CHAMP VISUEL.
Ceci est ce que je vois, il arrive que je perçoive des visages à l’intérieur, et très souvent il y a un flot de lumière de même couleur qui vient de « derrière les yeux » et qui rejoint cette spirale (à grande vitesse et en quantité) comme pour l’enrichir ou la nourrir.
C’est vraiment très beau à observer (il m’est arrivé de l’observer pendant plus d’une heure). Il y a même des fois où ce phénomène est tellement intense lors des balancements que le phosphène lui-même est à peine visible comme s’il en était quasiment submergé (mais moins couramment). Je ne connais pas la signification, mais étant donné les sensations et le violet, je suis très confiant. J’espère que ceci pourra « éclairer ou rassurer » quelqu’un…
PHOTOS
L’auteur : ios


LES PHOSPHÈNES QUE JE VOIS.
PHOTOS
L’auteur : >kyrawann


MON GYRASCOPE PLAFONNIER DE 2 M DE DIAMÈTRE.
PHOTOS
L’auteur : alain69