Petit extrait du LIVRE D’OR
STAGES

Livre d'Or
1 - 2 - 3 - 4 - 5

Stages été en Espagne

Une saison se termine et avec elle, les stages d’été, ouverts à tous sur présentation de la carte club. Cette année, ceux-ci ont eu lieu en Espagne et ceux d’entre vous qui ont pu y participer en sont revenus enchantés.
Laissons tout d’abord la parole au professeur, puis aux étudiants de ces formations.

Daniel Stiennon

- - - - - - - - - - - - - -
Au sujet du stage de Naturo-Phosphénologie, je sais pourquoi j’ai vu tous les élèves sortir de ce stage avec une perception plus aiguë, avec un actif d’énergie très supérieur à celui qu’ils avaient en arrivant. Entre autres, parce qu’ils ont vécu quelque chose d’important, avec une douce sensation dans le cœur.
Comme dans mes autres cours, la dynamique de ce dernier a été maintenue, pendant une semaine, mais cette fois, étant en stage de Naturo-Phosphénologie, les énergies de la nature ont cousu la vie avec du fil très fin…
Ils ont beaucoup appris et en définitive, c’est de cela qu’il s’agit : d’expérience individuelle.

Francesc CELMA Naturo-Phosphénologue.



Depuis vendredi après-midi nous étions à Santa Barbara (Espagne) où il existe un point de confluence énergétique ; une pierre ancestrale avec une taille impressionnante, son nom est Hara. Et cela a été notre point de départ pour le stage de Naturo-Phosphénologie ou chamanisme phosphènique.
Fransesc (chamane authentique) était notre guide dans cette intense aventure énergétique. Le samedi matin, nous avons commencé par quelques exercices de synchronisation afin que tout le groupe soit en harmonie avec l’énergie des lieux. Pour pouvoir travailler tous ensemble, nous avons dû accumuler une pensée rythmique unifiée de façon à renforcer et amplifier nos exercices futurs.

Chapelle des templiersDans l’ancien tombeau d’un druide, avec les égards les plus respectueux, nous commençons les balancements de synchronisation avec l’appui de l’énergie que l’endroit nous apporte. Balancements horizontaux, circulaires et après, respiration triangulaire, unie à la récitation de mantras harmonisant et synchronisant peu à peu nos énergies. Dans ce même lieu, pour terminer, on exécute un exercice de phospho-vision (voir sans regarder), pour faire apparaître petit à petit les énergies subtiles de la nature autour de nous. Dans cette expérience, plusieurs d’entre nous ont pu observer des « êtres » de la nature nous épiant.
Depuis cet endroit, nous avons pris une piste et nous sommes arrivés en des lieux impressionnants. Nous nous dirigeons pour faire une visite à un chêne vert géant que nous avons surnommé « Oscar ». Il nous a permis de débuter le travail avec le monde végétal.
En réalisant des exercices de balancements synchronisant notre conscience avec son énergie, en passant par l’intérieur de son point de lumière et le nôtre alternativement, à un rythme de deux secondes en récitant notre mantra.
Mais, pourquoi faisons-nous cela ? Pour qui ? Pendant le cours je suis arrivé à le comprendre. Plus particulièrement le travail rythmique avec le règne végétal facilite l’accès à la matrice éthérique qui unit le monde matériel et le monde énergétique, subtil, spirituel.
Ce travail donne un accès rapide et sûr au monde astral, guidé par le monde végétal.

Un autre but du cours, c’est la recherche des Totems ou « êtres de pouvoir personnel » qui nous aident à la progression spirituelle.
Pour cela, depuis l’endroit où nous sommes, on se dirige vers un lieu nommé Las Peñas del Masmut, à la recherche de l’énergie appropriée pour retrouver le Totem du monde minéral : la pierre personnelle du pouvoir.

Apres avoir cherché un endroit adéquat, ce qui n’a pas été facile dans ces lieux puissants. On a réalisé des groupes de travail et projeté l’énergie de telle manière qu’elle comptera avec des apports extra énergétiques dans la recherche interne du Totem.

Il y avait tant d’énergie, que j’ai été capable de voir avec une absolue clarté l’image de la pierre du pouvoir. Au début j’étais un peu sceptique mais pendant mon exercice j’ai vu clairement un minéral d’aspect et de forme très définie et je suis resté très surpris quand un membre du groupe a raconté son expérience et… le minéral qu’il décrivait était exactement tel que je l’avais vu !
L’énergie du groupe, le lieu et les exercices de synchronisation, donnaient ses fruits.

Le jour suivant, nous commençons par travailler l’élément eau pour chercher le Totem végétal, l’arbre de pouvoir personnel. C’est ici que j’ai eu ma seconde grande expérience.
Pendant ma méditation, tandis que mes compagnons projetaient l’énergie sur moi, l’environnement de l’eau et le bruit de sa chute, augmentaient ma sensibilité. J’ai eu la vision d’un grand arbre de lumière qui sortait comme de moi et les branches de cet arbre de lumière m’embrassaient et m’introduisaient dans leur intérieur pour me protéger.
Cette image ma procuré beaucoup d’émotion, des larmes de gratitude et d’amour ont coulé sur mon visage.

Le dernier élément que nous avons pu travailler a été le feu pour la recherche du dernier Totem, l’animal intérieur. Pour ce faire, une fois de plus l’un d’entre nous obtenait l’énergie du groupe, de l’entourage et des éléments présents et à chaque fois, il m’a été plus facile de synchroniser et projeter l’énergie.
Peu après, dans ce même lieu, nous accomplissons le balancement en fer à cheval, dont la pratique intense dans la nature donne accès à des énergies appelées « guides ». Cette pratique a été suivie de l’exercice « regarder sans voir » et terminée par quelques exercices de convergence oculaire.

Il nous reste encore une dernière expérience : une méditation guidée, une projection au centre de la terre en utilisant Oscar (le chêne), comme véhicule. Cette dernière devant être racontée par quelqu’un d’autre.
Pour terminer le travail dans la zone, nous remercions et nous montrons notre respect par la récitation de mantras.

CONCLUSIONS
J’ai deux types de conclusions : les personnelles et les pédagogiques. Dans ce qui est pédagogique, sont les sentiments, le respect et les remerciements. Tu reçois ce que tu donnes. Le reste est, travail, travail.
Balancements, tensions statiques, projection de la lumière mentale. Quand on travaille en groupe, l’énergie s’amplifie. On peut travailler aussi de manière individuelle mais il faut accumuler beaucoup d’énergie et de rythme pour remplacer celle du groupe. Le chemin dans la voie initiatique est toujours indirect et subtil. Pour aller vers le haut, il faut savoir descendre, reculer, comme pour prendre de l’élan.

La force de la nature nous permet de travailler tous les phénomènes : la lumière, le son, le goût, l’odorat… La nature est un formidable véhicule. Je dirais qu’au début il m’a été très dur d’entrer en harmonie avec cette mère nature. En cherchant à le réaliser, je me suis aperçu que c’était bien plus dur que ce que je croyais. Je ne perçois pas les lieux énergétiques de ce qui ne le sont pas, sauf quand je travaille là où le professeur me dit, à ce moment, je sens ma sensibilité augmenter.

Nous dormons peu et nous mangeons peu, pourquoi ne pas le dire. Nous travaillons beaucoup, malgré cela je serais resté une semaine de plus.
Si j’en tire une conclusion, c’est l’accumulation de pensées rythmiques qui t’emmène aux expériences grandioses.

L’environnement, les personnes, les énergies… tout cela possède du potentiel, mais il faut savoir accumuler la pensée rythmique, telle une batterie qui, chargée au maximum, donnera sa pleine puissance. Cela n’en est que mieux si les contacts sont propres, les câbles en bon état et la voiture avec un bon système électrique.
Ce stage aura été pour moi la base pour poursuivre ce type de cours. La nature nous aime, si nous l’aimons elle nous ouvre ses bras, nous donne la main et nous guide.

Par : Daniel Fermández


Depuis que j’ai fait le stage dans la Nature, plus quelques jours de réflexion, je peux dire que ces jours ont été ADMIRABLES, MAGIQUES, RÉVÉLATEURS… en plus de l’intensité, la profondeur et la variété du travail effectué.
Le groupe a réellement et parfaitement fonctionné avec une coordination, une synchronisation et une synergie de tous et de chacun, dynamisant la conscience du groupe.

Lieu de pouvoirL’environnement avait une aura magique et sacrée. Nous avons été les pensionnaires privilégiés d’une enclave, ou dans l’atmosphère de la présence des druides celtes, des Templiers et anciens magiciens, dans un lieu qui possédait un potentiel énergétique et tellurique, très, très puissant.

Le premier sentiment qui prédomine est celui de la GRATITUDE, d’abord à Francesc pour l’effort souverain qu’il a fait et qu’il a su dynamiser, impliquer exponentiellement au groupe afin de distiller chaque expérience dans chaque exercice druidique ou chamanique selon le cas. Comme il nous a aidés à dépasser nos propres barrières et fait ressentir le profond respect à la nature.
Remerciements à chaque participant du groupe pour leurs implications et leurs très gros efforts. Transcender ses limites par les exercices du travail, et leur qualité humaine. Comment ne pas remercier les enclaves où nous avons travaillé, la fôret, la Chapelle, et notre amical Oscar le chêne vert, qui sont avant tout des êtres vivants transmetteurs de l’énergie protectrice de notre mère la Terre.
Nous remercions Constancio pour nous avoir servi de guide et Daniel pour son travail à découvrir de nouveaux enclos. Une mention spéciale pour Ávila Granados, grand connaisseur des Celtes, des Templiers et Cathares qui nous a très bien orientés ; de plus avec sa personnalité et ses connaissances, il a allumé l’étincelle énergétique du Matarraña et ses enclaves sacrées dans mon cœur. Je vous remercie tous pour avoir fait de ce rêve une réalité.

Leçon apprise :
La première est l’humilité et le respect pour la nature. Si tu coopères avec respect en travaillant dans l’harmonie avec les techniques adéquates, elle t’ouvre ses portes de connaissance et d’énergie.
La deuxième, comme le mentionne, le situe et le démontre Francesc, ce qui n’est pas donné et partagé on le perd. C’est pourquoi je voudrais communiquer mon expérience dans la deuxième Montagne Magique du Matarraña que sont les roches Masmut, très près de Peñarroya de Tastavins, où j’ai appris à voir avec les yeux de l’esprit. Lorsque dans un exercice où je suis sujet récepteur passif entouré de mes compagnons, ceux-ci me projetant l’énergie à travers les tensions statiques, dans la dernière partie de l’exercice, je devais trouver ma pierre du pouvoir.

Mon apaisement à profiter de l’énergie régnante pour focaliser mon esprit et trouver une pierre précieuse type : diamant, émeraude, rubis, saphir ; quand j’ai arrêté de chercher, tout mon être a commencé à vibrer avec l’énergie, puis est apparu clairement devant mon nez un énorme quartz blanc.
Je vous embrasse du fond du cœur.

Par : Pedro Marco


Nous venons de terminer cette merveilleuse expérience en partageant ce stage dans le MATTARAÑA (région de l’Espagne) où nous avons fait un stage de Naturo-Phosphénologie sous la direction de Francesc CELMA. Intensif, agréable, puissant, intime, varié… On n’a pas mis longtemps pour lui donner autant d’adjectifs pour le qualifier.

Lieu géologiqueBon, enfin, il y a tellement de souvenirs que j’en oublie la base. C’est vrai. La première chose que Francesc a dit pendant le cours est : « Pour travailler avec les éléments de la nature il faut être très RESPECTUEUX, pour cela il faut toujours demander la permission pour commencer ce travail et remercier quand celui-ci est terminé ; nous devons respecter cet endroit et les êtres qui l’habitent, car il nous ont donné cette autorisation pour travailler avec eux. »
« Nous ne devons pas polluer cet endroit avec une poubelle physique ou mentale. Pour tout cela, il faut travailler avec émotion, sentiment et tout notre cœur. Seul le travail avec le cœur nous aidera à progresser. Amour, Respect et Humilité. »

Du fond de mon cœur recevez tous ma gratitude. Pour tous les participants à cette formation, qui nous ont aidés énergétiquement, les énergies qui nous ont visités, et qui nous ont laissés pratiquer, sentir et vivre, un grand merci pour tous. Spécialement à celui qui ma permis de voir sa pensée pendant cet exercice, car cette expérience m’a ému.
Merci à Francesc pour ses efforts et à Pedro qui nous a proposé cet endroit. J’espère et je désire que cela continu, qu’on puisse le refaire.

Auteur : Aiki (pseudo sur forum)


J’aimerai partager avec vous le stage de Naturo-Phosphénologie que nous avons réalisé dans la zone de MATARRAÑA. Si je devais définir le cours avec peu de mots je dirai que ça été un cours de régénération. Grande régénération où le contact avec les éléments et les totems nous ont donné tant de quantité d’énergie que cela a provoqué de considérables expériences significatives pour chacun de nous. Je transmettrai la mienne en m’appuyant sur la maxime de Francesc qui dit : ce que l’on ne donne pas se perd.

Je commencerai en remerciant la mère Terre, le soleil, la lune et les étoiles qui nous montrent le chemin. À Francesc pour son effort, son amour et son travail impeccable. Les collègues pour le grand intérêt et l’effort à transmettre l’énergie nécessaire pour faciliter l’expérience interne.

Le deuxième jour, nous avons travaillé la recherche de l’arbre du pouvoir. Le jour précédent nous avions travaillé avec l’énergie masculine sur une plateforme rocheuse qui a été utilisée comme observatoire astronomique dans les temps anciens et avec l’énergie féminine d’un alignement mégalithique.
Nous travaillons pour apercevoir la vision de la matrice éthérique avec le lien d’un arbre énorme et puissant. Nous travaillons aussi avec la force impressionnante des roches dans le site « Les Roques de Masmut » et pour finir nous avons travaillé dans une chapelle, tout un privilège.

Avec tout le cumul de travail du jour précédent, je me dispose à être attentif et essayer de voir mon totem l’arbre. Je me suis mis prèst d’une roche à côté de la rivière. Sur l’autre berge, il y avait un autre groupe en train de travailler. Francesc nous a dit de nous concentrer sur le plexus solaire. Dès que nous avons commencé l’exercice, une galaxie ronde, signe du chakra de ce lieu, m’est apparu ; ensuite, j’ai vu mon arbre du pouvoir, grandiose.

Un chêne pour la pratique du chamanismeJ’ai senti que l’arbre s’est enraciné en mon corps et subitement, je me suis senti englouti dans le centre de la Terre. Le plus curieux, c’est qu’en ce lieu, je nageais dans une sorte de gélatine. Peu après, j’ai vu une représentation à ma droite et de suite, je l’ai reconnue comme mon guide. Il met apparu avec une capuche dissimulant son visage. Je vois qu’il se retourne, soulève la capuche et surprise, je vois un masque noir comme les masques africains avec le visage allongé.
Puis il me montre mon cœur fort, robuste et énergisé d’une couleur rouge plein de vie.
…Par la suite je me suis vu dans une grotte profonde où il y avait d’autres personnes, et où Fransesc me désigne ma pierre de pouvoir.

Les images ont continué à défiler. Subitement, je vois tout mon corps comme rempli de serpents qui sortent par mes yeux, mes narines, mes oreilles et s’enroulent sur mes bras. Je comprends alors que cela pourrait être un signe de régénération cellulaire. Ensuite, un plus gros serpent rampe le long de ma colonne vertébrale et sort par ma tête. Une fois dehors, il s’ouvre comme un bouton de fleur et je vois sortir de mon corps plein d’une lumière intense, j’étais debout et à une distance de deux mètres de ma tête, il y avait ce corps très lumineux. C’était incroyablement merveilleux.

Peu après, apparaît un tube de lumière le long de ma colonne vertébrale et rapidement, je sors de mon corps, éjecté d’un coup, jusqu’à la rive opposée où il y avait l’autre groupe ; là-bas, je me suis retrouvé à coté des autres participants.

C’est ici où j’ai commencé à voir depuis la matrice éthérique, une sorte de quadrillage pour ainsi dire. Une image me vient en tête qui peut expliquer cela, c’est la fin du premier film de Matrix.
À la fin, depuis mon plexus solaire est apparu un calice d’où sortait l’eau chaque fois avec plus d’abondance, jusqu’à ce que j’entende Fransesc dire : « fin de l’expérience » et il sortit un jet d’une grande hauteur.
Tout cela a été réellement vécu durant ce stage, avec Francesc CELMA véritable Chaman, et que j’espère garder dans mon cœur et l’amener le plus loin possible.

Par : Sito (pseudo sur forum)


J’ai été dans le Matarraña et j’ai été enthousiasmé par l’expérience.
L’endroit m’a paru de suite remarquable pour ce type de travail avec divers lieux uniques et tous avec une énergie impressionnante et douce à la fois. Il faut que je dise que l’énergie dynamique du travail de ce groupe me semble réductrice avec ces mêmes adjectifs impressionnants et doux. Jamais je n’avais travaillé autant et aussi bien dans aucun cours de chamanisme.
Pour être juste, mon état énergétique était au sommet, mon entraînement étant supérieur, ce qui m’a permis de travailler davantage.
Phosphènes solairesLa dynamique du travail a été intense et productive. La générosité de Fransesc, la prédisposition et l’entente du groupe, l’apport des personnes et la qualité énergétique du lieu y sont pour quelque chose.

Les sons (la musique de la forêt) et les odeurs du lieu étaient simplement exceptionnels, avec une multitude de nuances agréables ce qui en a favorisé l’activité (thym, romarin, camomille, etc. etc. le bruit du vent et le chant des oiseaux pendant l’exercice, le son de la mini chute d’eau, le bruit blanc…)

Les expériences et la compréhension du travail m’ont semblé cohérentes, équilibrées et suffisamment structurées pour que je me sente capable de pouvoir continuer moi-même ce travail, sans dépendre de professeur pour m’expliquer à chaque instant ce que je dois faire. Pour cela un grand merci à Fransesc.
Je remercie aussi tous ceux qui ont participé à ce stage et spécialement ceux qui l’ont préparé.

Par : Victor Carral.


Chronique du cours de Naturo-Phosphénologie.
Fascinant. Nous sommes allés aux « grottes de Cristal », expérience impressionnante qui nous a chargés en force et vitalité.
Exercice : Sur le rocher, observation de l’aura du paysage.
Expérience : Régression spontanée, plus de 50 fourmis montant sur mes pieds. Images où je me vois passer un essai d’initiation dans la forêt en étant un garçon d’à peine dix ans. Le corps couvert de miel et d’insectes. Je n’ai pas réussi l’épreuve. Peut-être c’est ce qui explique que jusqu’à présent, quand je vais à la campagne, les « bestioles » me font peur…

Descente dans la tombe du druide et exercice : dans le renfoncement de la roche ; j’ai vu les sédiments de la roche apparaître et disparaître avec fusion de ma conscience avec le lieu.
Je me suis transféré à l’intérieur des roches, j’ai ressenti l’eau en moi, et quand je m’en suis rendu compte, j’étais entrain de regarder notre planète, je regardais depuis l’espace, jusqu’à ce que je revienne…
La naturo-phophénologie
Exercice de projection depuis le nombril. Nous devions entrer dans le chêne, voyager jusqu’aux racines et monter jusqu’à la cime.
Entrant dans le tronc, se présente un lutin avec un bonnet semblable au casque du gland, les parties visibles de son visage et des mains étaient pâles et lumineuses. Vêtu de vert avec quelque chose de rouge marron, il m’a accompagné jusqu’aux racines et m’a emporté à la cime de l’arbre. Là haut, j’ai vu des petites fées avec des ailes, des oreilles pointues, couleur gland allant du vert au marron et d’autres êtres qui se cramponnaient à l’écorce.
Entre les racines est apparu un nain et un peu plus loin une famille complète qui me surveillait et m’analysait. Leur peau était grossière comme l’écorce de l’arbre. De là j’ai vu la terre et l’eau se transformer pour nourrir l’arbre. J’ai alors compris ce qu’était la richesse.
Ce fut très dur de revenir une fois l’expérience terminée.
Éternel remerciement au groupe avec lequel j’ai partagé du bonheur, de la joie, des blagues, des anecdotes, des aliments, l’eau et l’énergie.
Et à Francesc qui a rendu un cours magnifique dans lequel il a beaucoup donné.

Par : Mara Eslellés.


C’est merveilleux de partager ce stage de Naturo-Phosphénologie avec vous. Lors de l’exercice nous avons été invités à regarder le coucher du soleil quelques minutes avant sa disparition. Ce dernier, après être disparu de l’horizon, s’est manifesté, brillant, pour me donner l’occasion de le revoir une dernière fois avant de partir définitivement. J’ai eu la sensation qu’au plus profond de moi, tout est possible, et que j’aurai pu le faire briller intensément (co-phosphène solaire) plus longtemps encore.

Je me suis unie à lui, de telle manière que j’ai senti la magie de la plénitude et du bien être, c’était merveilleux.
Quand dans la grotte, j’ai reçu l’énergie de tout le groupe, ça a été une surprise. C’est comme si je comprenais tout le sens de ma vie sur cette terre.
Je me suis abandonnée à l’exercice, il y a eu un grand silence intérieur. Après le phosphène, j’ai connecté avec une énergie blanche, jaune et ocre. Là où il n’y avait que du vide et j’ai observé la paix et la sérénité, c’était magique.

MataranaDés que nous sommes arrivés auprès de l’arbre je restais abasourdie. Jamais je n’avais vu cette sorte d’arbre, son diamètre entre 1,5 et 2 mètres m’a surprise. Au bout d’un moment, la communication s’étant établie entre l’arbre et nous, celui-ci a commencé subitement à nous offrir ses énergies.
C’est sûr que lorsque le groupe entre dans un tel état de conscience cela en est merveilleux.
Je lui ai demandé qu’il me fasse un signe, et comme un cadeau, il laissa tomber une feuille sur moi.

Quand nous avons terminé l’exercice, je me suis rendue à l’évidence que mon âme (conscience) était rentrée dans le tronc avec beaucoup de facilité ; Apres avoir terminé la pratique des exercices de mantras et de balancements, je suis restée tranquille, satisfaite et très agréablement surprise.

Dans la chapelle, c’était tellement fort que j’en avais la chair de poule, j’étais bouleversée. Un instant plus tard, j’ai récupéré la paix et la sérénité. Il y avait tant de convergence de forces qu’on aurait dit un volcan. Une fois l’exercice terminé, j’ai senti la gaieté, le bonheur, la paix et le bien être.

L’expérience de l’eau, c’était formidable. Je crois qu’avec les indications de Francesc, tout semble simple et magique. J’ai eu l’impression qu’en contemplant l’eau, en écoutant son clapotement, associé aux exercices phosphèniques, j’ai ressenti un calme profond, comme jamais atteint auparavant même dans mes plus profondes relaxations.

Une fois la pratique des exercices terminée, une énergie forte me saisit, j’ai trouvé mon animal de pouvoir. Je n’ai aucun doute sur ce que je dis et je suis sûre qu’il m’aidera dans les moments difficiles.

Je suis restée un moment totalement immobile, je ne pouvais décoller mes mains ni mes bras, j’étais totalement paralysée, emplie de paix et de lumière. C’était fort et gratifiant. Après ce grand week-end, j’ai continué ma vie active avec beaucoup plus de vitalité. Je me sens légère, heureuse et contente. Je veux tous vous remercier de votre concours, plus particulièrement Fransesc, pour m’avoir permis de réaliser une telle expérience.
Je dis encore, merci, merci.

Par : Charo López.


Le plus important, pour moi, a été la méditation dans la grotte, où j’ai perçu que notre corps ethérique peut croître avec celui de la Terre, dans une influence mutuelle et réciproque.
Je ne peux oublier Oscar (nom donné à un arbre). J’ai une admiration pour les arbres. Ils donnent tout en échange de rien. Énergie, paix, sérénité, sagesse… J’aime la méditation de Francesc, en fermant tous les centres et en les intégrant avec Oscar. Très bon, professeur !
Je remercie Francesc, Dani, Alfons et Meki pour l’organisation de ce cours. Peu ou rien à voir avec des retraites de méditation… Ici on travaille très dur, en suivant les techniques de Phosphénisme, mais on obtient des résultats. De manière pratique, nous pourrions dire qu’en trois jours, nous chargeons plus rapidement nos « batteries » qu’en un mois de vacances. Il n’y a pas d’idéologie sectaire, ni rien dans le genre. Je veux exprimer mon remerciement à tous ceux qui ont participé aux cours. Vous m’avez tous offert d’authentiques perles de sagesse.
Quant à ma femme, elle a subi une transformation totale. Je vois comment ses yeux brillent, montrant toute sa force intérieure. Elle est enthousiasmée. Pour elle et pour moi, il y aura un avant et un après.

Par : Gisleno


Quelle n’a pas été ma surprise, en quelques secondes, allongé, la tête en direction de la rivière, d’obtenir une superbe expérience : j’ai vu la matrice éthérique, la connexion existant entre toutes les choses. J’ai perçu comme un corps dense de couleur blanchâtre sortir du sommet de mon crâne et glisser vers la rivière.
M’est apparu ensuite une petite « fente » en forme d’œil qui peu à peu s’est agrandie. En mettant le « pied de l’autre côté » j’ai vu un monde admirable où la nature n’apparaissait pas comme une matrice quadrillée en noir et blanc, mais comme une éclosion de couleurs. Ce n’est pas une vision en détail mais en perspective comme si c’était le dessus d’une montagne, où l’on apercevait les oiseaux voler et le tout baigner dans une beauté impressionnante et colorée.
L’expérience continuant, l’attention s’est centrée sur le plexus solaire où est apparue une énorme pierre de quartz en son centre. La pierre apparaissait de plus grande dimension et avec une lumière intérieure. J’ai senti une grande sensation de puissance. La force de l’élément eau s’est manifestée dans la zone du plexus sous forme de remous, comme une évacuation.
J’ai aussi senti une pulsation de la terre entrant en résonance avec mon corps.
Le travail de recherche de l’arbre de pouvoir m’a permis d’obtenir une manifestation de la force de la nature. Cela a été un pas de plus sur le chemin de la lumière de la vie à travers les rythmes phosphéniques.

Par : Alfons


Étant enfant, j’accompagnais mon père à la pêche. J’aimais surveiller le reflet du soleil sur l’eau puis je m’allongeais sur l’herbe et je cherchais des figures dans les nuages.
Mon imagination n’avait pas de limites, je rêvais toujours et la beauté prenait force. J’étais créative et dans ma tête j’obtenais tous ce qu’en dehors je ne pouvais pas avoir (du moins c’est ce que je croyais). Je dansais, chantais et donnais forme à de grands spectacles. Je montais des scènes et des chorégraphies incroyables avec des costumes très colorés. Je n’ai pas grandi comme mes camarades du collège, j’étais différente…
Devenue adulte, j’ai commencé à voir de nouveau des lumières danser devant mes yeux. Ça brillait de toutes parts et un jour où j’observais le soleil, il m’a « parlé ». Il a formé devant moi un mandala grandiose que ne pourrait imaginer l’esprit humain ; tout était forme, lumière et couleur, multitude de plans superposés les uns aux autres. Puis quelque chose est arrivé et m’a sortie hors de mon corps. Je faisais partie de tout l’environnement quand cette fantastique expérience m’est arrivée. Je savais que ce n’était pas un rêve, que je ne l’avais pas imaginé, que cela avait été réel, qu’il y avait une autre façon de regarder, une autre réalité.
J’ai cherché à comprendre et un jour j’ai lu qu’un médecin français avait fait des recherches sur les phénomènes vus par des personnes, et il a trouvé que tous avaient quelque chose en commun : « la Lumière, le Soleil ». Il a créé une technique, « le Phosphénisme ».
C’est ainsi que j’ai connu Francesc CELMA, et son stage fut une révélation qui m’a permis de comprendre.
Merci à tous de m’avoir permis d’intégrer votre espace. C’était merveilleux.
Merci Francesc pour ton travail, ton implication et ta patience.

Par : Pilar


La cohésion du groupe a été admirable. Tous, vous m’avez enseigné quelque chose et je vous en exprime ma gratitude.
Il n’est pas facile d’assimiler la réalité des expériences vécues dans l’état de conscience que nous obtenons en faisant les exercices de Phosphénisme, mais j’hallucine de « voir » la manière par laquelle l’univers nous communique l’énergie quand nous portons l’harmonie et le rythme en esprit.
Dans la grotte, la Terre m’a montré tout son pouvoir, l’ouverture de l’univers par quatre grands vecteurs…

Par : Josefina


Je suis allée pour la première fois au cours de Phosphénisme dans la Nature. C’est ce qui m’est arrivé de meilleur depuis longtemps. Cela a été une expérience extraordinaire, unique et qui ne ressemble à rien de vécu auparavant.
Nous étions dans le Matarraña et ce qui nous arrivait là était très différent de ce qui aurait pu nous arriver dans une salle en ville. La Nature était le protagoniste, elle nous a accueilli, nous a permis de profiter d’elle et nous a offert le meilleur de son répertoire : un climat serein, une atmosphère douce, des arbres, des oiseaux, des papillons, la lune ronde presque pleine, qui partageait le ciel avec le soleil lors de notre descente de la grotte.
Nous mettons plus de temps à descendre qu’à monter. Nous nous arrêtons tous les 3 pas pour contempler le paysage, en nous interpellant les uns les autres : « regarde la lune », « regarde la lumière », « regarde tous ces papillons », etc…
La beauté du lieu depuis notre arrivée au Mattaraña m’a amenée à la conclusion que nous devons approcher la nature avec une autre intention, et avec attention.
Que dire sur les grottes ? Dans notre voyage, nous nous sommes arrêtés dans la grotte de « Cristal », admirable. Son humidité, son obscurité absolue, nous ont permis de ressentir quelque chose en nous que nous ne connaissions pas : notre Voix, notre chemin de Vie. Je ne sais si ce lieu nous l’a fourni ou prêté.

Je n’ai pas l’oreille musicale et ma voix est tout à fait banale. Peu à peu, de ma gorge est né un OM qui m’a permis de chanter sans honte et de me joindre au reste du groupe.
Après être sortie de la grotte, tout au long de la journée, j’ai eu l’impression puis la certitude que je m’étais appropriée la pierre de pouvoir, ressemblant à un beau diamant doté d’une douce lumière bleue, que j’ai vue s’élever de manière hélicoïdale. J’ai eu la sensation que la mère terre, était en moi après l’avoir vue de l’intérieur, formée par le réseau de millions de racines d’arbres.
Alors que j’étais allongée, un courant d’énergie et un jet de lumière sont sortis de cet endroit pour arriver jusqu’à moi comme un rayon. Il s’est maintenu un moment. J’ai pu le voir clairement, comme les arbres ou les pierres.
Je suis extrêmement heureuse d’avoir partagé ces jours inoubliables avec vous.
Un grand MERCI à Francesc pour la qualité de ce stage.

Par : Amparo


« La Coveta de l’Aigua » est une grotte qui est située dans une montagne connue comme « Mas de Pau » dans la commune de Fuentespalda. Elle se trouve à une altitude d’environ 800 mètres au-dessus du niveau de la mer, et à une profondeur d’environ 100 mètres. Le parcours à l’intérieur est de 700 mètres où nous trouvons différentes salles.
Dans la grotte, il y a une température de 10 degrés environ avec un indice d’humidité de 90 %. Dans ce lieu admirable et puissant, nous effectuons des pratiques de Phosphénisme. Nous y sommes allés habillés chaudement, alors qu’à l’extérieur il y avait une température supérieure à 30 degrés.

Nous effectuons des exercices de Phosphènisme. Il s’agissait d’envoyer les rythmes phosphéniques vers le plexus solaire d’une personne passive, dans une atmosphère absolument obscure.
Le groupe entonnait « OM » et chacun effectuait différents balancements. Pendant les 4 heures qu’ont duré les exercices, la force résid»ant dans la Terre s’est manifestée progressivement en moi dans la zone du périnée, dans le plexus solaire et le plexus cardiaque. L’accumulation de rythmes et la force du lieu me donnait une force inhabituelle. L’intonation du mantra paraissait sortir des entrailles non seulement de mon corps, mais de la grotte et plus encore de la terre elle-même.
Plus la pratique avançait et plus la sensation de pouvoir personnel augmentait. C’était comme si une énergie endormie depuis toujours dans la base de ma colonne vertébrale avait été réveillée.
Une symbiose se produisait, une relation étroite entre la Terre et mon propre corps. Comme une correspondance entre la grotte physique où nous faisions les pratiques et la « cavité » où réside enroulée l’énergie de la Koundalini.
L’après-midi de ce même jour, suite aux pratiques que nous avons faites, j’ai senti comme une espèce de corps dense et blanchâtre qui sortait du sommet de mon crâne et glissait en direction de la rivière. J’ai senti sortir de ma tête comme le double de mon corps, rempli de lumière

Le soir de ce même jour, lors de l’apparition de la pleine lune, toujours en stage « Formation Continue » dans l’ermitage de San Pedro, mon corps s’est mis à se balancer spontanément avec des mouvements qui ressemblaient à une danse d’amour. Je me sentais bien, le corps se déplaçait au rythme d’un mouvement sinusoïdal ascendant qui allait depuis la base de la colonne jusqu’à la tête. Intérieurement je sentais un mouvement en spirale. Après quelques minutes j’ai senti comme si une énorme énergie sortait du sommet de mon crâne…
Après quelques minutes est apparu un point de lumière intense face à moi qui paraissait me montrer son pouvoir… Soudainement ce qui était face à moi, je l’ai ressenti en moi.
Mon corps se déplaçait à l’aveuglette, avec la sensation de voir dans l’obscurité. Non pas avec mes yeux physiques mais avec l’énergie, qui était en moi. Dans le même temps je me déplaçais en émettant un son, comme si elle voulait montrer sa force et son pouvoir.

La session terminée j’ai été ébranlé par un sentiment que je ne pourrais décrire ni lui donner de qualificatif…
Quelque chose avait changé en moi. Il y a des preuves physiques : je me sens plus fort et curieusement plus flexible. Je crois que beaucoup de choses se sont débloquées et le corps a acquis une autre mobilité. Il me semble que cette énergie a débloqué des choses très profondes gravées dans mon corps.

Par : Alfonso


J’ai commencé à projeter OM tellement fort que je voyais la paroi de la grotte s’illuminer. Le reste du groupe me suivait, tant en rythme qu’en son. Je me sentais heureux. Mais ma surprise a été lorsqu’en terminant j’ai observé que mes jambes tremblaient au rythme du sixième de seconde. C’est alors que Koundalini est monté. Cela a été admirable.
De cette leçon, j’ai tiré cette conclusion : si une personne se laisse entraîner par le rythme (pensées, idées…) des autres, elle perd sa force et agit comme le reste du groupe.
Par elle-même, une personne peut rétablir son propre rythme et sa vibration pour être un être individuel et complet. Ceux qui sont dans son environnement seront obligés de vibrer à son rythme. Et ceci pour moi a des implications dans la vie.
Francesc a appelé cet exercice « synchronisation de personnalités implosives ». Toute personne peut accélérer son rythme et ses vibrations jusqu’à être une personnalité explosive. Est-ce mieux ? Pour moi oui, parce qu’on cesse de dépendre des autres, on arrête d’attirer ceux ayant de basses vibrations, pour aller vers le haut (c’est peut-être un peu abstrait mais celui qui veut entendre comprendra).
Francesc disait : il faut se créer une structure mentale forte pour pouvoir travailler afin que rien ne nous affecte et ne puisse nous empêcher de progresser. Là est le secret : haute vibration et connexion avec la terre notre mère. Relier le nombril à la terre pour porter notre « âme » au ciel. L’homme est plein de vulnérabilités : certains mots le déséquilibrent, un geste réveille sa colère, un regard déclenche sa méfiance. Toutes choses le déstabilisent. Ceci ne concerne pas ceux qui ont une base forte et une vibration rapide.
C’était magique de voir l’énergie des arbres, des formes, des sons et des couleurs. Je suis enchanté…
C’est surprenant de voir le visage des participants suite à ces expériences et leurs transformations.

Par : Dani


Juste après avoir commencé avec les balancements verticaux, je sens la présence d’êtres se déplaçant, comme le métro aux heures de pointe ou à la sortie d’un stade de football à la fin d’un match. C’était énorme comme sensation.
Puis, j’ai perçu plusieurs êtres de couleur verdâtre et je me suis senti puissant dans tous les exercices effectués.

Dans l’exercice de « regarder sans voir » j’ai vu la matrice ethérique de la nature. Toute la forêt se déplaçait comme une unité, et dans le même temps un être se montrait et se cachait derrière un arbre en se balançant au rythme de la nature.

- Animal de pouvoir : étant actif, j’ai pu voir en diverses occasions le triskel, des symboles mathématiques inversés et plusieurs types de croix. Puis j’ai invoqué mon animal de pouvoir et il est apparu.
- Exercice de la pierre de pouvoir : étant passif, j’ai pu voir quelque chose que je ne saurais dire avec précision. C’était soit un morceau de charbon ou une tourmaline, et à côté, comme deux cristaux de couleur bleutée en forme de larme.
Puis j’ai pu voir une colonne de lumière et un remous bleu très fin qui sortait du nombril. J’ai vu beaucoup de lumières et je me disais : « mais que fait Francesc avec la lampe ? ».
Dans la lumière j’ai perçu une fée. Ses ailes, son visage doré, elle est magnifique. Elle avait les yeux grands ouverts. J’avais pleinement conscience de ce que je voyais.

L’après-midi nous pratiquons une méditation avec l’élément eau.
Mon expérience de montée de koundalini a été très révélatrice. Depuis 2 mois je travaille de manière continue (presque quotidiennement) avec le Gyrascope virtuel, ce qui m’a servi à vérifier qu’avec cet outil il est facile d’obtenir des résultats (si on travaille de manière continue et assidue).
Cette montée de koundalini est partie d’un coup en quelques secondes. Merci à tous pour m’avoir offert cette occasion. Daniel Stiennon disait que « la logique “KARMIQUE” veut que ceux qui maîtrisent leur pulsion sexuelle progressent plus rapidement. Mais que tout est relatif ». Je crois que mon cas est ainsi : si j’avais contrôlé à cent pour cent mes pulsions pendant les deux mois et demi de mon entraînement au Gyrascope, le résultat aurait été encore plus puissant.
Ma conclusion dans cette formation continue est que koundalini, est intimement lié au physique comme la pensée rythmique pure. Merci au Docteur Lefebure, qui devrait obtenir un prix Nobel.

Les sensations durant ce stage ont été extraordinaires. Merci à Francesc d’avoir ensemencé la graine du Phosphénisme en Espagne pour que la France ne soit pas la seule protagoniste du miracle de la lumière et du rythme.

Par : Edu


Comment apprivoiser l’esprit ? On a imprimé mille traités philosophiques révélant des expériences mystiques vécues pleinement ou fantasmagoriquement, et des milliers d’autres seront encore écrits. Pensées concrétisées sur du papier pour expliquer dans une tentative la réponse à la grande question. Pour ma part j’ai trouvé la réponse, la mienne : en pratiquant le phosphénisme.
La mémoire primitive de notre essence humaine m’a amenée à la recherche de l’extraordinaire. J’ai toujours voulu comprendre la substance de l’être humain et son union avec la nature. Comprendre le pourquoi de sa fascination et de sa beauté. Dans un élan soudain, j’ai participé, sans aucune expectative, au cours de naturo-phosphénologie qu’offrait le Phosphénisme, au cœur de Matarraña (région de l’Espagne). J’ai suivi un enseignement pour lequel je sentais un appel, pour qu’ensuite l’expérience personnelle vécue retourne à mon Univers de tous les jours, accompagnée par l’amour inconditionnel et extraordinaire de la vie. Je sais que ce sera pour toujours.

Lorsque tu traverses ses frontières, le secteur de Matarraña t’invite à défaillir entre ses bras verts et denses. Le surprenant paysage t’entoure dans un bonheur jusqu’à l’abandon total de tes sens. L’endroit qui nous a accueillis nous a permis de vibrer à l’unisson avec cette enclave d’énergie ancestrale puissante et effervescente ; mare de paix qui t’invite rien qu’à la regarder à fusionner avec sa magie, sa beauté et ses secrets, pour que peu à peu des sensations et des odeurs, vent et humidité, apprivoisent l’esprit. Comprendre le miracle de la vie.

Les ruines des ermitages étendues de toutes parts, dans un silence sépulcral, dévoilent et murmurent leurs secrets oubliés et glorieux ; t’incitent à rentrer dans ces dernières avec les yeux de l’âme, pour toucher ces énergies spéciales emprisonnées dans les roches d’un passé en fusion. Cela paraît difficile de découvrir en quatre jours la nature et unifier son être aux quatres éléments primordiaux de la vie ; mais accompagnés de main de maître par Francesc, nous l’obtenons. J’ai découvert le doux baiser de l’air sur ma bouche, j’ai volé sans ailes aux rythmes des battements de mon cœur à l’infini. J’ai dansé avec le feu sauvage et j’ai brûlé sans flammes en des rythmes de spirales de vie. J’ai savouré l’humidité des profondeurs de la terre aux cadences du tambour de l’Univers. Muette dans un gémissement guttural provoqué par le spectacle étonnant de la vie dévoilée devant moi.

L’enchantement s’est terminé par une immense explosion d’étincelles de lumière produites dans mon cerveau. J’ai été l’actrice et en même temps la spectatrice de ma propre extase, la montée de l’énergie Koundalini.
Expérience puissante qui me remplit de joie jour après jour, qui comble mon amour, ma vie et mon cœur de sourires. Elle m’a permis d’apercevoir dans un brillant moment éphémère ce qui se dissimule derrière mes yeux…

L’enseignant nous a montré le chemin. La nature nous a ouvert ses bras. On nous a permis de toucher le feu, la terre, l’air et l’eau avec notre seule essence, puissante, fragile et vraie que nous sommes : Amour.
Il dépend maintenant de nous de protéger, cultiver et évaluer ce que nous avons découvert dans cette marche vers la connaissance, et apprivoiser les chevaux sauvages de l’esprit. À tous et à chacun des participants de cette union, merci.

Par : Adriana S.


Le premier jour, j’ai revécu l’expérience d’un moine qui tenait une petite bouteille contenant un liquide dans la main droite. Il le versait sur l’autel tout en se déplaçant autour de ce dernier. Il faisait nuit et il y avait une pleine lune splendide. Je ne sais pas si je faisais un certain type d’invocation ou un cérémonial.
Le second jour, j’ai vu une sorte de nymphe de la nature, je ne sais pas si elle était la protectrice de ce lieu, qui essayait de se dissimuler entre les arbres et de temps à autre montrait la tête.
L’après-midi, dans la grotte de la Magdalena, m’est apparu en vision jusqu’à cinq animaux : un chien-loup, un loup des steppes, un ours, un léopard et un requin. J’ai aussi vu l’image d’un chaman avec la face peinte en bleue et blanc, et il se déplaçait comme un animal. J’ai aussi entendu des voix, mais je ne distinguais pas ce qu’elles disaient. J’ai ressenti que j’avais beaucoup d’énergie.
Au jour suivant pendant une des sessions j’ai vu un être de lumière…
J’ai également vu que mon arbre de pouvoir était un sapin, je me suis relié à lui et il m’a fait sentir son « immobilité ».
Dans l’ermitage de San Pedro, j’ai remarqué qu’il y avait une énergie impressionnante. J’ai senti une spirale autour de mon nombril, le deuxième chakra. Postérieurement, j’ai remarqué que mon quatrième chakra tournait à grande vitesse. Fantastique sensation…
Merci encore à tous

Par : Alberto


Avec les exercices rythmo-phosphéniques, mon cœur vibrait au rythme du soleil. Je sentais le soleil pulser et mon cœur en totale harmonie avec lui. Il y a eu une synchronisation parfaite, c’était très gratifiant. En finissant la pratique je me sentais très heureuse et satisfaite.
Samedi à la première heure, nous sommes allés travailler dans un ancien couvent. Nous avons pratiqué des balancements en répétant le mantra OM. J’ai vu l’aura des arbres et les énergies qui unissaient les arbres les uns aux autres. Ceux-ci apparaissaient comme une toile dense, tous étaient unis et entrelacés comme par des lignes d’énergie. Il est surprenant de découvrir comment on perçoit le monde quand on jouit d’un état de conscience accrue. Les arbres avaient une couleur rare beaucoup plus vive. Suite au travail, tout changement est perçu avec une plus grande vitalité, force et beauté.
L’après-midi, nous montons à la grotte. Nous travaillons les tensions statiques. Je me livre totalement à la pratique. Je sentais une énergie énorme en moi, il y avait beaucoup de clarté et une force me permettant de l’envoyer à mon compagnon, qui l’a recueillie. Il y avait des moments avec tant d’énergie que je sentais la grotte et le sol se déplacer. En terminant la pratique j’avais une telle énergie qu’à la fin de l’exercice, j’étais dans un état proche de l’extase. Tout était admirable et fantastique. Je n’avais plus besoin d’autre pratique car je jouissais déjà.

Dimanche, à la Grotte de l’eau, le groupe est entré dans une interconnexion. Juste après avoir commencé à travailler, sans que personne ne nous le demande, nous répétons le mantra et tout de suite après, il ressortait de lui même comme revenu du plus profond de nous.

Il y a eu deux moments très spéciaux : je sentais une paix profonde. Mon corps était totalement inerte et connecté avec la terre. Je sentais la Force de tout le groupe, c’était tellement gratifiant que j’ai été envahie par une envie de pleurer, une envie de rire, d’être profondément reconnaissante à l’univers, à la terre. J’ai vécu une communion superbe. Merci du plus profond de mon être à Francesc, merci à tous.

Par : Charo


Je ne veux pas rentrer dans les détails parce que les expériences sont très personnelles. Elles sont en rapport avec le cheminement de chacun. Dans l’ensemble, l’expérience a été très positive, intense et enrichissante. Les lieux des pratiques ont été très bien choisis et bien préparés. Nous avons eu le luxe de posséder les clés des grottes et de la chapelle et de disposer d’elles le temps que nous voulions.
Quant aux pratiques en elles-mêmes, la première session a été tranquille, en chargeant les piles, en nous synchronisant et en nous connectant énergétiquement. La matrice ethérique était vue avec clarté.
La recherche de l’animal de pouvoir a été un succès, un aigle impérial m’accompagne maintenant. Il a fusionné avec moi dans l’ermitage de la montagne et nous déployons nos ailes. Ce n’était pas rien.
La pierre de pouvoir : un quartz fumé admirable s’est présenté devant mes yeux et j’ai pu « voir » à travers… La grotte était pleine d’énergie.
La session d’Ermitage/Kundalini a été très intensive.
Remerciements appuyés à Francesc.

Par : Raúl


Les expériences que produisent les exercices de Phosphènisme ne dépendent pas de prédispositions personnelles, de situations concrètes ou d’états émotionnels ou psychologiques - ou subtils - spécifiques ; simplement, si les exercices sont faits de la manière décrite le résultat attendu se produit, indépendamment. Et c’est cela qui est incroyable.
Il faut accepter de se laisser aller et de mettre de côté notre pensée rationnelle.

Je reconnais qu’il était compliqué, parfois, de parvenir à s’occuper seulement du rythme de pensée, à cause de la fatigue physique pure ou bien par distraction. Cela aide beaucoup d’avoir eu autour de nous des gens aussi disparates (chacun avec ses histoires, son intelligence et son charme), en permettant une coexistence enrichissante.

Un matin ensoleillé accompagné d’une brise légère dans le « Sanctuaire de la Virgen de Gracia » nous a permis de pratiquer des exercices de synchronisation et d’acouphènes. Nous écoutons l’air, les sons du domaine, tandis que nous effectuons les balancements latéraux ou verticaux. Là, nous nous unissons à la Nature ; nous densifions le rythme de notre pensée pour, dans un exercice, transférer ce rythme à la globalité : « voir sans regarder ». Mélanger un point de lumière avec notre pensée. Cet exercice en apparence simple requiert une concentration et une pratique intenses pour en tirer le maximum.
L’après-midi, nous cherchons notre « animal de pouvoir », par les exercices de tensions statiques, en nous concentrant sur le Plexus Solaire de la personne réceptrice « passive », aidés par l’élément feu (cette dernière devait évoquer le feu dans son Plexus Solaire).

J’ai été le témoin d’expériences spectaculaires de quelques compagnons du groupe et d’autres groupes, avec la montée d’énergie et le fameux Koundalini, et avec l’identification avec son « animal de pouvoir », par exemple : un ours, un dauphin ; y compris une collègue qui est retournée à l’époque de ses ancêtres…
Sainte Magdalena est un lieu vénérable, qui nous a transférés vers un monde magique sous l’effet des mantras et des harmoniques.

Le jour suivant, nous faisons des exercices pour trouver la « pierre de lumière ». La grotte où nous pratiquons est impressionnante par sa longueur, sa profondeur, le silence et l’eau pure et cristalline. Nous nous plaçons au fond de la grotte et j’ai été le premier récepteur passif de mon groupe. J’ai perçu un courant sinusoïdal de lumière bleue qui naissait de ma zone sacrée et montait le long de ma colonne vertébrale.
Il fallait fournir un effort mental important, en prêtant beaucoup d’attention à l’exercice.
J’ai vu ma pierre de pouvoir, avec une sensation de la toucher physiquement…

Le dernier jour, après une nuit avec beaucoup de charge émotionnelle due aux expériences vécues, nous partons pour être avec Oscar. C’est un très vieux chêne, énorme par sa taille, puissant par son énergie. En contact physique avec le chêne, nous transformons notre nombril en tourbillon, où convergent des jets d’énergie sortants, pour que notre double ethérique soit imbriqué avec Oscar et nous transforme en branches et racines. Nous avons été bois noble pendant cet instant.

À midi, nous avons mangé dans le restaurant Matarraña, et à mon grand regret le cours a pris fin. Nous nous disons au revoir, avec la certitude de refaire l’expérience avec beaucoup plus d’envie pour continuer à pratiquer et d’apprendre.

Par : Pedro N.


Deux jours avant le voyage, je me sentais un peu inquiète, je pouvais à peine dormir, j’étais assaillie de mille doutes… Je me demandais si je serais capable de sentir des choses incroyables comme les autres. Il est difficile pour moi de voir et d’entendre ces « choses ». J’ai lu dans la revue « Naturo-Fosfenologia » une expérience d’une personne vécue avec tellement d’intensité que j’ai décidé de fermer la revue pour ne pas en savoir plus.
Je voulais arriver avec un subconscient vierge, sans aucune information ou suggestion.

En arrivant, j’ai découvert un très joli village où je me suis sentie très bien. J’ai commencé à rencontrer mes compagnons qui m’ont saluée, j’étais contente.
Ce même jour nous montons en haut du village. Francesc a exposé au groupe le planning du cours. L’endroit était magique, avec un magnifique coucher de soleil.
Là, nous avons fait un exercice de pneumophène. C’était incroyable, en expirant je sentais que tout mon buste se déplaçait vers l’avant…
Puis nous avons fait un exercice de « vision sonore » avec la forêt. C’était merveilleux, tu pouvais voir au-delà de ce que tu vois normalement en allant en forêt. Le paysage se transformait.

Dans la grotte il y avait une très forte énergie. Nous avons formé des groupes. J’ai décidé d’être passive, et cela a été une expérience inoubliable.
Je ne sais à quel moment, j’ai vu dans mon champ visuel deux grands yeux bridés magnifiques. Ça me rappelait les motifs sur les plumes de paons. Puis j’ai senti comme si un muscle de ma jambe gauche bougeait de manière involontaire, et cela a attiré mon attention. Très vite, des sensations très rapprochées sont arrivées. La hanche a bougé quelques secondes, la main droite a commencé à se déplacer toute seule. Je n’ai rien fait pour arrêter ces sensations.

Je n’ai pas eu peur et je me suis laissée aller. Je sentais comme si tout mon corps se déplaçait, c’est quelque chose de difficile à expliquer. Le rythme était chaque fois de plus en plus rapide. J’ai senti quelque chose de grandiose depuis le bas du ventre monter en une colonne de lumière très blanche, comme si on ouvrait les vannes d’un barrage, provoquant mon cri, c’était un cri… très fort et très long.

Je sentais qu’on emportait des choses qui ne devaient pas être, c’était un grand nettoyage, je sentais Francesc me tirer, c’était une sensation rassurante. Aujourd’hui ça va faire dix ans qu’on m’a opérée d’une hanche suite à un accident et j’ai cru qu’elle était guérie, et bien non. En terminant l’exercice j’étais une autre personne, plus légère et plus heureuse. J’étais étonnée, je croyais que ces choses ne pouvaient m’arriver.

Le jour suivant nous sommes allés dans les « grottes ». Impressionnantes dés l’entrée, il y avait beaucoup d’énergie enveloppante et agréable. Le groupe avec lequel j’ai travaillé a été incroyable.
Avant de commencer l’exercice pour chercher notre pierre de pouvoir, j’ai remarqué que nos mantras étaient harmonisés à un tel point qu’on aurait dit une chorale formée depuis des années.
J’ai senti que ma tête s’enfonçait tout en étant soutenue par des centaines de « bulles blanches ». Puis j’ai vu l’intérieur d’une grotte géante avec des structures célestielles et un quartz.
J’avais les yeux ouverts et je pouvais voir aussi et à plusieurs reprises une lumière bleue claire… C’était agréable.

Puis à nouveau nous avons travaillé le pneumophène, il s’agissait de sentir un remou sur le nombril d’où je pouvais ressentir la naissance de mon arbre de pouvoir. Je crois que nous avons tous atteint l’objectif.

Une nuit de pleine lune illuminant toute la forêt, nous sommes allés jusqu’à un ermitage. Là, nous avons fait un travail de méditation rythmique pour faire monter l’énergie des pieds à la tête. Les résultats sont impressionnants.

Lundi nous avons fait connaissance avec le grand arbre Oscar, impressionnant ! Francesc a dirigé une méditation très puissante où nous formions notre double étherique. Nous passions à l’intérieur de l’arbre. Oh, quelle sensation ! J’ai senti que je m’étirais comme un chewing-gum nous emmêlant avec les racines d’Oscar. Nous nous enfonçions dans la terre et j’ai pu voir la même chose que dans les grottes noires, comme si je regardais d’un balcon.
Ça a été un travail très fin et très intense. Tu fais partie d’un tout, c’est très spécial, tu sens beaucoup d’amour sur tout.
Je veux souligner la convivialité et la gaieté du groupe.

J’ai oublié des petits détails, mais l’essentiel est là. C’est une expérience tellement impressionnante que je crois que tout le monde devrait avoir l’occasion de la vivre au moins une fois.
Grâce à tous et surtout à Francesc, qui est très grand.

par : Meki


Le conte de la belle au bois dormant.
Avant j’étais une femme, maintenant non. Car maintenant je suis une épouse, une mère, une auditrice, également femme au foyer organisée, multitâches sans appui logistique, une femme entre mille…
Un jour que je courrais d’une tâche à une autre, j’ai entendu mon conjoint lors d’une calme conversation téléphonique qui disait « je ferais n’importe quoi pour aller au Matarraña ». Ceci m’a causé une sensation amère, je ne l’avais jamais entendu prononcer cette phrase pour notre fils ou moi-même, ou pour quoi que ce soit.
J’ai respiré profondément, et au fil des jours m’est apparue l’idée de l’accompagner. Je ne pouvais m’expliquer qu’une personne comme lui puisse exprimer oralement de telles émotions.
Le jour du départ, je me demandais où nous allions, avec qui nous serions et ce que nous allions faire.
Enfin nous sommes arrivés, les choses ont été plus claires. J’étais la seule qui n’attendait rien, ne percevais rien : Une princesse endormie.

Dans le Matarraña le temps s’arrête, le Matarraña nous pousse de l’avant, c’est regarder le soleil avec les yeux de l’âme, voler avec le vent, se tremper dans ses eaux, embrasser la terre et sentir ses entrailles.
Matarraña n’est ni magie ni miracle, c’est un effort collectif, c’est un travail personnel accompagné d’un guide, Francesc, qui marque subtilement le chemin.
Matarraña n’est pas une fin en soi, mais un principe et je me suis éveillée.
Une fois le cours de Phosphénisme terminé il m’est apparu ma pierre de pouvoir. Je l’ai obtenue grâce au processus de méditation dans les grottes.
Grâce à chacun de vous j’ai pu emporter quelque chose de doux.
Ma plus profonde admiration va à Francesc pour son travail et son cours impeccable qui m’a redonné une nouvelle Vie.

Par : Ana