PHOSPHOVISION PHYSIQUE et
PERCEPTION DE L’AURA
Témoignages sur la perception de l'aura

Yannik - SUISSE
J’ai pu noter également que les énergies dégagées par le corps humain sont de plus en plus facilement visibles. C’est peut-être dû au fait que le point de focus/conscience de mon esprit prend l’habitude de ne plus se fixer « volumiquement » mais en profondeur. Auparavant je voyais un nuage grisé. Maintenant, je perçois le rayonnement et la structure des couleurs (aura).
Je tiens juste à remettre en lumière le côté extrêmement puissant et effectif de ces exercices et je tiens encore à vous remercier de tenir le flambeau allumé et rayonnant. En ces temps troublés, on peut cependant se demander quand le « centième singe » fera son apparition…
Puisse donc toute la synchronicité nécessaire à l’expansion de cette méthode survenir.



Guillaume P.
Ma première expérience est venue une semaine seulement après mon premier stage (stage de base). Pendant cette semaine, j’avais pratiqué trois à quatre heures d’exercices par jour. Mes séances étaient essentiellement composées de balancements et de rotations. Pas de convergences, ni de tensions statiques, etc.

À cette époque, j’hébergeais un ami qui n’était absolument pas au courant de mes recherches dans ce domaine. Cette précision est importante malgré les apparences.
Dans mon sommeil, j’ai doucement pris conscience que mon corps commençait à vibrer… Sensation à peine perceptible de vibrations qui s’intensifient peu à peu, un peu au-delà du corps. Je me suis laissé emporter par ces vibrations qui commençaient à être de plus en plus fortes. J’étais comme porté par un courant fait de multiples vaguelettes. C’était merveilleux, intense et très agréable… enivrant même. J’ai décidé alors de me concentrer sur un détail de mon chaos visuel en amenant l’idée de voir le plus loin possible… Soudainement, voire même un peu brutalement, une grande lumière intense et aveuglante envahit mon champ visuel. Cette vision fut tellement vivace, j’ai cru sur le moment que l’ami que j’hébergeais s’était levé et avait allumé la lampe de ma chambre. Je me suis redressé sur mon lit brusquement pour lui faire quelques remontrances. Quelle erreur ! Ma chambre était bien plongée dans l’obscurité.
Qu’ai-je raté cette nuit là ? Cette vision ne s’est jamais reproduite…
J’avoue qu’il me reste un goût amer face à cette question et qu’une certaine nostalgie du moment se manifeste en tapant ces derniers mots.
En tout cas merci à Daniel, et j’invite tous les phosphénistes à prendre leurs claviers pour raconter leurs expériences. En ce qui me concerne je n’hésiterai plus.
Faites-nous rêver !


Marcel-Mario F. : Perception d’une lumière intérieure
J’ai entrepris l’étude de votre méthode avec mon beau-frère, dès réception de votre livre. Au bout d’un certain temps, les résultats ont commencé à se manifester.
À de nombreuses reprises, j’ai « vu la lumière ». Cette formule que je croyais symbolique est la seule qui convienne à la réalité : je croyais que le soleil inondait ma chambre ou qu’il y avait le feu… ou qu’on avait allumé l’électricité. J’ouvrais les yeux… dans l’obscurité. Même prévenu, je m’y suis laissé prendre souvent.
Plus tard, couché mais éveillé, en cours de convergence oculaire, j’ai vu dans un mur blanc une sorte de réduit, de grande niche ou de chapelle. Le réduit était en grande partie fermé par un voile soutenu par deux colonnes et derrière lequel se trouvait une vive lumière. Le symbole était splendide.
Quelque temps après, ayant essayé de faire la convergence au niveau des yeux, je vis deux yeux me regarder fixement puis converger vers le haut. Je me suis empressé d’obtempérer.
J’ai fait, depuis, deux dédoublements.


Léon V. D. : Illumination
J’ai l’habitude de lire au lit et ce, pendant une demi-heure à une heure. Il m’est arrivé et il m’arrive encore de temps en temps qu’après avoir rangé mon livre, éteint la lumière et m’être ensuite entièrement caché sous les couvertures (de manière à ce que la moindre parcelle de lumière ne puisse m’atteindre), de voir après 5 à 10 minutes d’attention, mes deux mains tout à fait luisantes. Dans ce cas, je vois bien distinctement les contours de mes doigts et aussi les plis des couvertures à l’intérieur du « nid » où repose ma tête. Ceci se passe yeux ouverts. Parfois, la lueur est si forte que l’idée me vient que je pourrais peut-être lire les lettres d’un livre si celles-ci ne sont pas trop petites ; mais il faut l’avouer, je n’ai pas encore essayé de le faire.
Je me suis toujours demandé à quoi cela pouvait être dû (ces mains luisantes) et ce n’est qu’après avoir lu le passage de votre livre concernant le Mixage et les phosphènes que l’idée m’est venue d’avoir peut-être formé un phosphène, ébloui par la lumière électrique pendant la lecture, et que c’est grâce à ce phosphène que j’ai pu distinguer mes mains et les plis des couvertures, une fois la tête cachée sous elles.


Mme Dominique P. : Phosphénisme et voyance
Développement de la voyance par les techniques de dédoublement avec perception de lieux, personnages et situations historiques (vérifiées après recherches), expériences souvent dirigées vers un pays plus particulier, ce qui a permis des rencontres fantastiques ! Elles restent bien ancrées en mémoire et donnent une vision différente de la vie. Perception du passé par l’intermédiaire d’objets historiques.
Contact avec mon guide. C’est fantastique les découvertes faites en un an grâce au Phosphénisme et affolant celles qui restent à faire…


M. Louis R. : Voyance dans le phosphène
Je ne pensais nullement à mon frère au moment où je formais un phosphène, lequel me le montrait se levant dans sa chambre et dans laquelle certains objets, dont je connaissais la place, avaient disparu de la vision phosphénique alors que d’autres étaient bien toujours là mais déplacés.
Le phosphène doit avoir duré une trentaine de secondes. Il avait le diamètre d’une pièce de 5 francs mais j’aurais pu distinguer nettement une mouche qui se serait posée sur la joue de mon frère.
Lorsque la vision prit fin, je regardai l’heure à mon réveil. Il était exactement 7 heures du matin.
Sitôt levé, j’écrivis à mon frère pour lui demander s’il s’était bien levé à 7 heures ce jour-là, ce qui me paraissait bien peu probable car je savais qu’il se couchait toujours très tard et se levait également assez tard, vers 10 heures, vieille habitude que je lui avais toujours connue.

La réponse vint par retour : « Eh bien oui, c’est vrai, je me lève à sept heures depuis quelques jours… Je me couche plus tôt… Je trouve que c’est mieux ainsi… ». Je ne lui avais pas parlé de tous les détails de la vision ; je lui avais simplement demandé s’il avait changé sa grande armoire de place car je n’avais vu, à l’endroit où elle devait se trouver, qu’une sorte de montant d’étagère. Il m’avait répondu que rien n’avait été déplacé ou ajouté, ou enlevé. Je m’étais dit alors  : « Ma vision n’a pas été tout à fait exacte ».

Quelques mois plus tard, j’allai passer trois jours à La Rochelle et je visitai la chambre de mon frère dans laquelle je n’étais pas entré depuis des années. Quelle incroyable surprise ! Tous les détails de ma vision étaient scrupuleusement exacts ! Mon frère avait simplement oublié de me dire qu’il avait, depuis longtemps, changé la position de son lit. Ce qui fait que d’après l’angle de vision que m’offrait le phosphène, là où je pensais voir le mur où se trouvait la grande armoire, j’apercevais le mur à gauche qui lui était perpendiculaire et qui était réellement porteur d’une baïonnette allemande de 1914 fixée verticalement et que j’avais prise pour un montant d’étagère. En un mot, ce fut un phosphène extraordinaire de précision dans la vision.


Christian B.
Voici ce qui m’est arrivé lors de la journée de formation continue.
Travail sur le chaos visuel : durant le phosphène, j’aperçois dans la phase bleue une pyramide de section triangulaire dont la pointe est dirigée vers le haut et qui tourne autour de l’axe vertical. Je ne distingue que les arêtes, mais très distinctement. Elles semblent lumineuses (comme des néons que l’on verrait de loin) et sont de couleur jaune. Ensuite l’image s’efface, puis une nouvelle pyramide qui semble faite de cristal apparaît sur un fond rose parsemé d’une multitude de petits cercles. Elle est orientée horizontalement. J’essaie de fixer un détail. Le noir apparaît puis un peu plus tard, des schémas lumineux apparaissent qui s’éloigne de moi, assez lentement à une vitesse que j’évalue à celle du balancement (au rythme de la seconde). Ces taches de couleurs sont très lumineuses et s’éloignent en s’étalant, en s’agrandissant. Je distingue du bleu assez foncé, du vert, du rose. L’exercice se termine peu après.

Un peu plus tard… Travail sur la projection du chaos visuel. Je suis avec une partenaire, j’attends que le phosphène soit presque éteint pour commencer le travail. Je projette sur son visage le chaos visuel, en imaginant un rythme mental, comme une pulsion, comme pour densifier une image qui venait de naître. Subitement, je pense en rythme aux mégalithes de Stonehenge en Angleterre et j’essaie de les distinguer dans le chaos visuel. À la fin de l’exercice, on échange nos impressions et ma partenaire me révèle qu’elle avait l’image d’une pierre très dure qui venait lui frapper l’arrière du crâne à un rythme régulier.


Romuald S.
En Formation continue, lors de l’atelier sur la voyance, le récepteur était placé entre deux émetteurs.. Le premier focalisait sa pensée sur le troisième œil et le second à l’arrière du crâne Le récepteur devait se concentrer sur le chaos visuel. L’extinction des couleurs du phosphène a laissé la place à la lueur diffuse, blanchâtre laiteuse. Elle est apparue progressivement.
Le point de concentration, semblable à un bulbe au centre du phosphène, était demeuré et perdurait comme une perle lumineuse. La tension focalisée sur le point pénétrait à l’intérieur pour découvrir des nouvelles zones plus profondes et à nouveau point de concentration. La progression était semblable à celle de la conscience vers le centre d’une nébuleuse gazeuse. De part et d’autre avançaient des bancs de brouillard lumineux. À un moment, les vapeurs disparaissent pour laisser place à des anneaux argentés très fins et concentriques surgissant du chaos de manière pseudo périodique. Au centre tournait le point de concentration de plus en plus lumineux et je perçus autour tourner rapidement un point rouge plus petit. Je pensais étoile double.
Même type d’expérience mais à un autre moment, le chaos visuel s’est ouvert sur l’obscur et j’ai perçue la gigantesque extension d’une galaxie spirale vue par la tranche inclinée à 45° dans le plan visuel. Cette vision a été fugitive, mais très réelle.


Roger D.
Ceci est une expérience qui s’est produite au cours de mes exercices de respiration carrée.
J’ai perdu le contrôle de mon corps, et ressenti une sensation de paralysie de la nuque, puis des tremblements se sont produits s’accentuant de plus en plus en une formidable énergie. Mon corps fut traversé par une sensation d’irradiation totale venant du bas des jambes, me rappelant ainsi l’orgasme sexuel mais en plus intense, accompagnée d’une forte odeur de fleurs. Quand l’intensité fut à son maximum je me suis concentré sur un point du corps, ce qui a libéré brusquement l’énergie qui est en moi, à ce moment j’ai vu une grande lumière blanche qui envahissait toute la pièce.
Puis je suis resté allongé en gardant une sensation de bien-être.


Alain
Il m’est arrivé au cours d’un exercice lors d’un stage de visualiser une petite pyramide en 3D. Elle semblait s’être constituée à partir de la couleur verte à l’intérieur du phosphène, comme s’il s’agissait d’une matière diffuse qui s’était densifiée en se concentrant dans un espace plus restreint. La pyramide d’un vert lumineux avait une présence très intense et elle tournait sur sa base. C’était tout à fait inhabituel, et d’ailleurs ça ne s’est produit qu’une seule fois.


Yannick
J’ai pu observer un phénomène qui mérite d’être relaté. Hier soir, au coucher, je me trouvais à côté de mon amie en lui tenant la main tout en pratiquant l’exercice du chaos visuel (j’avais déjà pu constater au préalable qu’en traversant des « lumières » ou « chacras », les sensations énergétiques étaient transmissibles).
À un certain moment, elle m’a fait part du fait qu’elle observait des lumières pulsantes verdâtres partant de l’extérieur du champ visuel pour se condenser en son centre dans différentes teintes. 
J’ai donc continué mon exercice sans lui faire part de mes impressions ou du simple fait que je m’exerçais. À un certain moment, elle m’a signalé que la sensation lumineuse s’était estompée. Je l’ai donc faite s’asseoir dos à moi et lui ai posé les mains sur la tête. Ne sachant trop comment procéder, je me suis imaginé un courant d’étincelles parcourant mes bras pour s’écouler rythmiquement (2 secondes) à travers elle. N’obtenant pas de résultats sensibles, je me suis mis à faire des tensions statiques purement mentales accompagnées de kikiki (au 6e de seconde aussi mentalement accompagnée de la petite flamme vibrante mais sur son centre cardiaque).
Je me suis donc mis à « lâcher » une charge à chaque fois que j’obtenais une sensation approchant de son maximum (à l’approche d’un frémissement physique). Les projections lumineuses ont repris dans son champ visuel presque aussitôt pour ne s’arrêter que 5 à 6 minutes plus tard.
Autre fait remarquable : elle m’a fait part du fait que des « météorites » s’avançaient à grande vitesse vers elle. Bref, une fois de plus on ne peut que constater la qualité transmissible des phénomènes phéniques… et l’importance des tensions statiques ! Je dois vous avouer que ce n’est pas l’exercice auquel je m’astreints le plus facilement après une journée de travail. Cela dit, je n’observe jamais tant d’activité au sein de mon corps énergétique que lorsque je pratique cet exercice. 
Il me parait impératif de s’y attacher si on vise le dédoublement.


Jean-Pierre
J’ai souvent une vision Kaléidoscopique avec des sons et des images et une paralysie aussi bien mentale que physique, cela fait peur au début et en même temps on se sent très bien, comme si on avait une protection. 
J’ai aussi beaucoup d’éclairs intérieurs et ma pensée va très vite en rythme dans tous les sens comme de l’eau ou le souffle du vent. 
Je rêve souvent que je vole avec une impression de chute très réelle. 
Mais ce qui me surprend, c’est que dans mes rêves, j’arrive comme dans un vrai film à zoomer petit et grand, pause, avance et retour rapide, avec des sons et en couleurs). 
Merci à Daniel et au docteur Lefebure.


Alexandra F.
J’ai été réveillée par le tintement d’une cloche. Assise sur le lit une douce lumière envahissait la chambre. Dans ma tête résonne le tintement de la cloche. De chaque côté du lit il y avait des personnes qui me tenaient la main. Je ne pouvais voir leur visage. Un troisième personnage se tenait au chevet du lit il avait une main posée sur mon épaule gauche. De mon plexus solaire s’éleva alors une boule lumineuse de couleur jaune d’or, qui se mit à grandir comme un ballon qu’on gonfle englobant ainsi toute la pièce.
La cloche se tut, les personnages disparurent et la boule lumineuse s’estompa ainsi que la lumière de la chambre. Tout redevint normal et je me rendormis.


Ios
Lorsque je pratique les balancements ou lorsque j’observe mon chaos visuel (au bout d’un quart d’heure) il y a une tache lumineuse de couleur violette (couleur intense et captivante) qui apparaît et qui peut, si présence de phosphène, le submerger de sa couleur de sorte que la couleur du phosphène (vert-jaune) est a peine visible tellement le violet est intense. En observant les détails de cette tache violette j’ai pu remarquer qu’elle avait tendance à tourner sur elle-même un peu comme un tourbillon. Au début il m’arrivait de voir des visages (d’inconnus) à l’intérieur. 
Il y a aussi un autre phénomène (qui se produit avec les balancements, soit avec cette tache violette ou avec phosphène) : j’ai des « vagues » lumineuses (soit de couleur violette, soit vert-jaune) qui arrivent de derrière les yeux et vont « nourrir ou entretenir » le phosphène ou tache violette. C’est très lumineux et intense.


Ph.
Je constate une très nette évolution en ce qui concerne mes expériences du « Chaos Visuel »…
Le matin (entre 9h et 9h30) - Expérience de concentration sur un détails du Chaos Visuel ; J’ai pour la 1ère fois de nombreux « flash » très nets qui apparaissent régulièrement en rythme, sous la forme de lignes latérales, verticales puis diagonales, comme des grilles. Puis un cercle concentrique est apparu comme lorsqu’on fait tomber une goutte d’eau sur une surface d’eau, avec à la fin des petites explosions de taches lumineuses au centre, comme un feu d’artifice (très blanches).
Le tout a bien duré quelques longues minutes.
Ensuite une multitude d’expériences, dédoublement, chaos visuel, voyage astral, voyage conscient dans des souvenirs comme une sorte de rêve lucide sauf que là il n’y a pas d’histoire je ne fais que me balader consciemment…