VOYAGE ASTRAL
Témoignages sur le voyage astral

Ios - RÊVES INITIATIQUES
Avant-hier soir, j’ai fait, comme d’habitude, mes exercices de tensions statiques, mais cette fois-ci je me suis endormi casque sur les oreilles et les exercices en boucle quasiment toute la nuit et… j’ai fait une rencontre dans mon rêve : c’était le docteur Lefebure. De ce dont je me souviens, je dirai que cela a duré 2 minutes, pourtant j’avais la sensation de le vivre avec une intensité qui jusqu’alors m’était inconnue. Au réveil, j’avais un souvenir très fort de son allure physique (vestimentaire, visage) et de ce qu’il m’a fait voir, son livre l’initiation de Subud, ce titre m’est apparu en très grosses lettres de couleur extrêmement vive, puis j’ai revu le docteur Lefebure me faisant un sourire. C’est tout ce que je me rappelle.
À mon réveil, je me suis interrogé pendant près d’une heure à savoir si c’était juste un rêve ou bien une « rencontre », car j’avais peur de me faire des films. Il faut savoir que ce n’était vraiment pas un livre que je comptais me procurer pour la simple et bonne raison que le descriptif de ce livre est « l’introduction de l’œuvre… », j’avais lu assez d’intro sur le site et je voulais donc passer aux techniques pratiques.
J’ai téléphoné à M. Stiennon pour commander Koundalini Tome 1 et je lui ai raconté mon rêve, il m’a vivement conseillé de lire Subud, car il doit y avoir un exercice ou des indications pour moi, dont j’ai besoin, tel était le message du Dr Lefebure selon M. Stiennon (encore merci à vous M . tiennon).
Je suis maintenant persuadé qu’il ne s’agissait pas d’un simple rêve, cela me pousse à continuer avec encore plus de force, de conviction…
je suis à la fois ému et très excité. Lorsque je recevrai mes livres j’étudierai Subud et… affaire à suivre.


Yannick - RÊVES DÉDOUBLÉS et VORTEX
Les rêves dédoublés se suivent et ne se ressemblent pas. Ça devient certain. (…) Je me retrouve flottant dans le cosmos. Un symbole représentatif de « ajna » flotte dans le vide. Il apparaît en même temps qu’un bourdonnement, et quand celui-ci s’estompe, un cercle lumineux bleuté prend la place du symbole. Je suis toujours totalement conscient. Je flotte au milieu de couleurs chatoyantes vraiment magnifiques. Dans tous les tons. Elles sont terriblement éclatantes. Le contraste avec le noir est magique. Je vois des nébuleuses et des espèces de vortex. Des « êtres » en forme de spermatozoïdes géants (100 fois mon double), translucides et légèrement orangés flottent nonchalamment. Je n’ai plus de double. Je flotte. Je décide de changer de zone et emprunte un de ces vortex. Je me retrouve en plein dans l’année 1980. Mon père attend sur le quai du métro duquel je descends (je suis toujours pleinement conscient). Je le salue et lui demande à tout hasard ce qu’il fait là. Il me dit qu’il attend ma mère. Je l’accompagne un peu dans ses recherches et elle est un peu plus loin avec une poussette, où mon avatar de jeunesse dort avec son petit frère. Ma mère est d’ailleurs en compagnie du parrain de celui-ci qui lui dit au revoir. Je m’approche du berceau pour mieux voir, et là, l’expérience perd en stabilité. Je décide donc de changer de zone avant qu’il ne soit trop tard. Je m’envole et plonge à nouveau à travers le sol. Je me retrouve à nouveau dans le cosmos à voyager à une vitesse extraordinaire. La sensation est grisante. Un des êtres dont je parlais précédemment me frôle, il est vraiment gigantesque. C’est magnifique. Je n’ai jamais vu de couleurs aussi belles. Je veux repartir dans une autre zone, celle-ci est belle, mais pas très active, je veux profiter du voyage. Je repars donc à grande vitesse. Je vois énormément d’images. Je sais que je pourrais m’arrêter, mais rien ne me tente. Je continue donc à avancer rapidement au milieu des couleurs. Au bout d’un certain temps, je sens que l’expérience va toucher à sa fin. Je décide de me réveiller pour ne pas perdre une miette de tout ça.


Tristan F. - Paris
J’ai découvert et commencé à pratiquer le phosphénisme après avoir suivi le stage N°1. Les premiers résultats ont été rapides, car au bout de 3 semaines de pratique des balancements matin et soir, les premiers rêves dédoublés sont apparus.
À l’époque je pratiquais beaucoup de Mixage Phosphénique avec les reflets du soleil sur l’eau de la piscine, je faisais également 4 à 5 phosphènes par jour avec le soleil directement en mélangeant une pensée positive et une prière et je prenais mon repas de midi face au soleil qui éclairait vivement l’assiette blanche.
Je pratiquais uniquement des balancements avec mantras et observais le chaos visuel.
Je ne décrirai pas la multitude de rêves dédoublés que j’ai pu obtenir mais je tiens à en décrire un :

J’étais en plein voyage astral en train de survoler un très beau paysage lorsque soudain j’ai senti quelque chose me saisir dans le dos et je suis parti à une vitesse vertigineuse en tourbillon vers le soleil. Juste avant de rentrer dans le soleil, j’ai aperçu trois petits êtres formant un triangle parfait habillés d’un grand manteau avec une capuche leur couvrant le visage. Les deux du bas étaient habillés de noir et celui du haut de blanc. Je me souviens avoir fait le rapprochement avec mes 3 anges gardiens (l’un est masculin (blanc), les deux autres féminins (noirs) représentant les couleurs du yin et yang). Je suis passé en dessous d’eux, puis je suis entré dans le soleil et là, plus de couleur ! de la lumière partout, puissante, omniprésente. Aucune couleur, aucune sortie, pas une seule zone d’ombre, mais une puissance extraordinaire, éblouissante !

Puis j’ai senti mon corps physique se désintégrer en commençant par les pieds comme si les atomes de mon corps partaient et se dispersaient dans cette lumière. Cette désintégration est montée au niveau du bassin lentement et régulièrement, puis jusqu’à la tête pour finalement ne plus du tout sentir mon corps physique (ou éthérique) exister. C’est une sensation et expérience que je ne suis pas près d’oublier, car j’étais littéralement « fondu » dans cette lumière, plus de corps !!
Je me souviens m’être dit alors « Nous ne sommes que pensées…rien d’autre ! »
Puis, une fois cette phrase prononcée, je me suis brusquement réveillé !
J’ai compris alors que le corps comme le reste du monde n’était qu’un assemblage de particules formant un tout et reliées entre elles par une énergie extraordinaire, lumineuse et omniprésente, et que seule la pensée ou l’esprit nous appartenait, que c’est ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes ; le reste n’est qu’illusoire ou n’est qu’un moyen de…

Je laisse de côté tous les merveilleux voyages astraux que j’ai pu vivre avec tous ces paysages littéralement sublimes. J’ai même eu la chance d’entendre plusieurs fois les choeurs célestes, ce qui là aussi est une expérience unique tant le corps entre dans une vibration extraordinaire à l’écoute de ces chants magnifiques. Au réveil, j’ai même noté un de ces chants (je suis musicien et connais le solfège) qui peut-être un jour sera en téléchargement sur le site.
Je rappelle que j’ai eu ces expériences uniquement par la pratique du mixage, des balancements et du chaos visuel, rien d’autres !!! (je n’avais suivi que le premier stage).


Michèle D. - RENCONTRE INOUBLIABLE
Je volais, je volais dans un espace duveteux, mœlleux et plus je m’émerveillais, plus je montais. Je me disais « ne t’émerveille pas trop, tu vas t’élever trop vite ! »
Puis je me suis retrouvée quelque part dans l’espace, assise en face d’un Ange, les yeux dans les yeux, il a « télépathé » avec moi qu’il avait quelque chose à me dire d’important. Il me disait que j’étais trop impatiente… et que tout le « SECRET » venait du cœur, de l’Amour. Et là, sans cesser de me sourire, son regard dans le mien, dans mon âme, il a posé délicatement sa main sur mon cœur. C’était grandiose, j’étais là, réceptive, passive, recevant tout ceci comme une nourriture céleste.
L’Ange avait un visage d’homme, très beau ; il avait des ailes absolument magnifiques, repliées gracieusement de chaque côté de lui, immenses, blanches et transparentes. Je voulais toucher ses ailes. Il lisait mes pensées, donc il le savait. En souriant, il m’a dit que cela se ferait une autre fois… Depuis, le regard de cet homme-oiseau me revient inlassablement.


Isa. F.
En rentrant de la formation, j’ai fait du balancement latéral avec la flamme de bougies et le point lumineux.
Dans mon lit, j’avais un sentiment de bien-être très agréable qui envahissait mon corps.
J’ai aperçu Daniel et je me retrouve dans le cosmos. Je m’éloigne de plus en plus, je me sens flotter, je me laisse aller c’est très beau, il y a plein de points lumineux, mon corps flotte sur le dos. Je vois des points lumineux groupés en forme de X, je me mets sur le ventre pour les suivre. J’étais seul mais je ressentais la présence de Daniel, j’étais rassurée. Je trouve que les perceptions étaient plus fines plus douces que d’habitude.


Michel A.
Je survole de magnifiques paysages avec l’intime conviction d’être dans un pays arabe. Je passe au-dessus de vastes propriétés : de grandes maisons entourées de champs entièrement recouverts de tissu, genre cachemires aux merveilleuses couleurs avec dominante de bleu, différentes mais harmonieux. C’est superbe !


Harmonik
Je vole dans mes rêves depuis la petite enfance à une dizaine de mètres du sol, sur le dos. Je rentre et sors par les fenêtres des immeubles. J’ai eu du mal à me lancer depuis les toits des gratte-ciels, car c’est très impressionnant cette sensation de chute, car on a l’impression qu’elle ne va jamais s’arrêter et que l’on va se crasher ! Mais en fait, au bout d’un moment la chute s’arrête et l’on continue par un vol fantastique. Désormais pour voler, depuis le sol, je mets mes bras en V vers l’arrière et je pousse au niveau de l’estomac. L’effet est immédiat et en regardant loin comme l’indique Daniel Stiennon, on est sûr de ne pas retourner au sol immédiatement. Les sensations sont les mêmes qu’en parapente pour ceux et celles qui connaissent. Les phosphènes amplifient grandement ces sensations d’envol. Le survol de Paris encore plein de bois et de champs à 1000 m d’altitude ou le vol sous un surplomb énorme sous une falaise de 800 m de haut, c’est un vrai plaisir, tellement relaxant que je préfèrerais échanger la réalité contre le rêve !


Omani
Le rêve que j’ai fait était entre le rêve habituel et le rêve lucide. J’ai rêvé que je prenais mon envol, mais en même temps que je faisais ce rêve, je prenais conscience de la « technique » que je devais mettre en œuvre pour voler… J’avais conscience que je tentais de voler en rêve, il n’y avait aucun « décor », tout était dans le noir, et j’étais surtout concentré sur mes sensations. Je me suis donc mis à courir légèrement jusqu’à me sentir « happé » par une force située au front, entre les 2 yeux. Peu à peu, mes pieds ont décollé du sol et je me suis mis à voler. J’ai mis mes bras devant moi comme Superman pour faciliter le vol. Ce qui est extraordinaire comme sensation dans ce rêve de vol, c’est cette impression d’être tiré et soutenu par cette force située au milieu du front.
Après la sensation de traversée de matière expérimentée lors de mon dernier rêve de vol, c’est la première fois que j’identifie avec autant de clarté la source de la force qui soutenait mon vol. Je suis ensuite revenu à la conscience de mon corps (comme j’étais à moitié lucide, la frontière entre la conscience de rêve et la conscience d’éveil était très ténue). La sensation physique était alors très intense : battements de cœur réguliers mais prononcés, accompagnés d’une chaleur intense émanant de la région du plexus solaire, mais qui semblait prendre sa source plus à gauche du côté du cœur. Cela faisait comme des vagues de chaleur accompagnées de lueurs et lumières dans le chaos visuel, de sensations de frissons et fourmillements. Pour la première fois j’ai ressenti une forme d’angoisse, de séparation. Je me suis alors souvenu qu’il fallait que je garde mon calme et que j’accueille ces manifestations avec sérénité. Puis je me suis rendormi.


Omani
Cette nuit j’ai fait un rêve de vol, ce qui m’arrive régulièrement, mais cette fois et pour la première fois, j’ai rêvé que je passais à travers un mur. Jamais avant cette expérience de passer à travers un obstacle n’était arrivée sans générer immédiatement un réveil.


Sonia
Ma première expérience « astrale »
Allongée comme à mon habitude pour me ressourcer en observant mon chaos visuel, au bout d’un certain moment j’ai senti tout mon corps qui commençait à vibrer. Ça s’est arrêté et ça a recommencé peu de temps après. Je me suis détendue et d’un seul coup je me suis sentie « portée », comme si quelqu’un me redressait le dos. Et c’est à ce moment-là, que j’ai commencé à prendre de la vitesse. Ça allait très vite, je sentais un frottement sur mon corps (draps, air ?). J’avais l’impression qu’on me poussait hors de mon lit quand subitement je suis allée vers les étoiles. Des milliers d’étoiles qui venaient vers moi (ou moi vers elles). C’était magnifique ! Puis mon corps s’est retourné et j’ai vu de l’eau. J’ai décidé d’y plonger et au moment où j’ai touché l’eau, c’est une explosion de couleurs qui m’a envahie. Très sympa comme sensation !


Alain R.
Habituellement lorsque je me déplace en volant, mes vols sont horizontaux ou obliques sur de longues distances ou verticaux sur de courtes distances.
La nuit dernière j’ai eu l’occasion de faire de nombreux vols à la verticale. Comme cela fonctionnait plutôt bien j’ai décidé de monter le plus haut possible avec pour objectif de voir notre Terre toute ronde vue de l’espace.
J’ai donc fait plusieurs séries de décollages à la verticale qui étaient toujours très rapides, de plus en plus rapides. C’était comme si j’avais des réacteurs sous les pieds. Pour aller encore plus vite je plaquais mes bras le long de mon corps ce qui m’obligeait à maintenir une certaine tension dans les bras. Je me suis rendu compte que cette tension semblait accélérer le mouvement.
Je décidai alors de faire des tensions statiques très puissantes et là immédiatement la postcombustion des réacteurs s’est mise en route, le turbo a fonctionné à plein régime et je suis parti à la verticale à une vitesse fabuleuse. Dès que les tensions se relâchaient, je ralentissais puis dès que je refaisais des tensions statiques la vitesse repartait encore et toujours plus rapidement. J’avais la totalité du corps qui vibrait
La vitesse trop rapide m’empêchait de voir où j’étais mais je continuais toujours vers le haut. Arrivé dans un halo de lumière blanche je décidai de ralentir pour jeter un œil sous mes pieds pour essayer de voir où je me situais par rapport à la Terre.
À ma grande surprise je ne vis rien mais je fus instantanément projeté sur un autre plan vibratoire. Le halo lumineux que je venais de passer était en réalité un sas reliant le monde physique au monde astral. Car en effet je venais d’arriver dans l’astral au beau milieu des élémentaux : Gnomes, Ondines, Sylphes et Salamandres
Les élémentaux régissent les forces primaires et cosmiques de l’Univers. Ils ne sont constitués que d’un seul élément cosmique : l’air, l’eau, le feu, la terre. Ils sont très hiérarchisés et possèdent de très grandes connaissances ésotériques. Ce sont les génies des esprits de la nature. Ils sont dans l’astral à un niveau peu élevé mais pas dans les plus bas niveaux. Les élémentaux n’apprécient guère être dérangés, et encore moins lorsqu’ils sont contraints par la force. Mais sans la moindre ambiguïté, j’étais bien au milieu d’eux dans le monde astral
La plus part des élémentaux m’ont ignoré, continuant à vaquer à leurs occupations. J’ai eu droit à quelques sourires et beaucoup d’indifférence.
Leur aspect était tout à fait similaire à ce que montre l’imagerie populaire qui leur est consacrée.
J’ai ainsi eu tout de suite confirmation que je venais de pénétrer dans l’astral sans m’être attardé dans la bas astral où les rencontres sont parfois bien moins agréables. J’en fus réconforté, le passage dans le bas astral n’étant pas forcément une partie de plaisir.
Je n’ai pas eu de dialogue direct avec les élémentaux mais j’ai pu échanger quelques propos avec 2 personnes qui étaient déjà là sur place avant mon arrivée.
Le retour dans le monde physique s’est déroulé sans le moindre problème.


Xavier
Cela fait maintenant 1 mois que tous les soirs durant 10 minutes, je pratique les « kikikikikiki » et « cricricricricricri » (pour soulager les cordes vocales), répétition avec triolet et sans triolet, au sixième de seconde suivant les indications données par le Dr Lefebure dans les vidéos (je suis abonné à Platinium et je suis en formation continue avec Daniel Stiennon.).
J’observe 2 choses :
- un incroyable regain d’activité intellectuelle la journée. J’ai l’impression que si j’avais connu cette technique quand j’étais étudiant j’aurais pu faire Math sup.
- Des rêves d’envol plusieurs fois par semaine où je suis pris par des tourbillons d’énergie. Lorsque le dédoublement survient, il se transforme très rapidement en voyage astral, je ne perçois plus mon double, mais j’ai la sensation de m’élever à très grande vitesse dans un mouvement tourbillonnaire un peu comme si j’étais à l’intérieur d’un cyclone qui m’entraînerait dans l’Univers… Absolument incroyable.


Françoise F.
Ce matin, je me suis réveillée à 5 h 00. N’arrivant pas à me rendormir, j’ai décidé d’aller flotter dans la cabine de flottaison en isolation sensorielle. J’ai aménagé cet espace depuis juin cette année où je reçois des personnes désirant flotter. Ce matin donc, à 5 h 30 je me suis mise le programme de 2 heures de flottaison.

Pendant la séance j’en profite pour bien respirer et faire les sons de la santé pour nettoyer les organes. Et tout d’un coup j’ai senti mon corps faire vos tensions statiques. Je sentais comme une énergie électrique dans tout mon corps. J’ai senti et j’avais conscience que je volais dans l’univers, c’était fabuleux, et je pouvais maintenir cet état. J’ai vu des figures géométriques comme un kaléidoscope, puis plein de lumière. J’ai ouvert les yeux et cette lumière était là. Elle continuait d’être là. Je montais de plus en plus. J’allais vers un vortex. Je traversais la lumière violette et la lumière blanche tout au-dessus était de plus en plus présente. Je me sentais attirée par ce vortex. Mais je n’ai pas voulu y entrer et je suis sortie de cet état.

J’ai appelé Daniel ce matin-même après mon expérience pour lui décrire mon voyage. Il m’a clairement répondu qu’il ne fallait en aucun cas hésiter à entrer dans la lumière, sinon on finit par couper le processus. L’hésitation vient de nos schémas de pensée basés sur la peur, la non-connaissance de l’énergie et la puissance de la lumière.

La pensée qui m’est venue pendant cette expérience où j’étais attirée par ce vortex d’énergie et de lumière, et qui a donc stoppé mon ascension, était : est-ce que je vais revenir ou vais-je être absorbée ?