TÉLÉPATHIE ET PHOSPHÉNISME
télépathie

Les phosphènes et la pensée rythmée sont facilement transmissibles par télépathie.

TÉLÉPATHIE

Science ou science-fiction, la télépathie fascine et fait couler beaucoup d’encre. Des chercheurs, comme le professeur RHINE, ont accumulé une foule de statistiques qui n’ont jamais prouvé quoi que ce soit. La télépathie reste donc cantonnée à des études marginales dans des centres de parapsychologie.

Néanmoins, les découvertes en physiologie cérébrale du Docteur Francis LEFEBURE, médecin et chercheur français, permettent de mieux comprendre ces phénomènes et les mécanismes qui les produisent. Ses découvertes sont fondées sur l’utilisation systématique des phosphènes. Les phosphènes sont toutes les sensations lumineuses subjectives, c’est-à-dire celles qui ne sont pas directement provoquées par la lumière frappant la rétine. Les phosphènes mettent en évidence le fonctionnement rythmique du cerveau et l’existence de rythmes cérébraux qui peuvent être développés et entretenus par la pratique d’exercices de pensée rythmée. Le rythme structure la pensée et lui donne une puissance particulière améliorant l’attention, la concentration, la mémoire, le sens de l’initiative et la créativité. Mais, au cours de leurs recherches, le Dr LEFEBURE et ses collaborateurs se sont aperçus que les phosphènes et la pensée rythmée sont facilement transmissibles par télépathie.

EXPÉRIENCE DE TRANSMISSION TÉLÉPATHIQUE DES PHOSPHÈNES

« La transmissibilité télépathique des phosphènes est très grande, sans comparaison possible avec celle des pensées, dans les conditions ordinaires d’expérimentation.

Si l’on fixe un rond rouge sur un mur blanc puis qu’on le retire, on voit apparaître un rond vert, couleur complémentaire, qui est aussi un phosphène. M. Delay, expérimentant avec des disques de couleurs différentes successivement fixés par le sujet émetteur, s’est aperçu qu’un sujet proche, ayant les yeux bandés, percevait un phosphène, non pendant la fixation du disque par le sujet émetteur, mais pendant sa perception de la couleur complémentaire, le phosphène du sujet récepteur ayant la couleur du phosphène du sujet émetteur et non celle du disque.

C’est durant cette expérience qu’il s’est aperçu que cette transmission n’obéit pas aux lois habituellement admises pour la télépathie. Elle est fonction de la distance et aussi de la position relative des deux sujets. Le sujet récepteur reçoit d’autant mieux qu’il est plus proche de l’émetteur et se trouve face à lui.

On peut provoquer dans les phosphènes des rythmes qui leur sont propres. Par exemple, en éclairant les yeux avec deux lampes disposées de telle sorte que chaque œil ne voit que l’une d’elles et en éclairant alternativement au rythme de deux secondes.

Si l’éclairage a lieu à ce rythme, les deux phosphènes consécutifs, au lieu de coexister, alternent non au rythme de l’éclairage, mais à un rythme propre au sujet, en moyenne de huit secondes par côté, pendant trois minutes.

Ce rythme, d’ailleurs, donne beaucoup de renseignements sur l’état du cerveau et sur l’influence que des médicaments et des régimes peuvent avoir sur lui.

Mais ce qui nous intéresse ici, c’est qu’au cours d’expériences de télépathie, on a provoqué cette alternance chez un sujet. Un autre sujet, dans une pièce voisine, pourtant non averti du genre de phosphène qu’on voulait lui transmettre, percevait deux phosphènes alternant au rythme du sujet émetteur, et encore plus nettement que lui (expérience de M. Raoul Violay).

Mais, si l’on ne veut pas se lancer dans des expériences de cette complexité, on observera que si l’on a un phosphène consécutif à un éclairage, il est assez facile de provoquer un phosphène chez une personne proche de vous qui n’a pas fixé l’éclairage. De plus, ayant eu l’attention attirée sur la très grande transmissibilité télépathique des phosphènes, on remarquera dans la vie courante des cas spontanés qui, d’habitude, passent inaperçus. »

Extrait de Phosphénisme, nouvelle explication de l’origine des religions.

La télépathie phosphénique ou télépathie initiatique se définit différemment de l’idée habituelle que l’on se fait de la télépathie. Les recherches du Dr LEFEBURE ont prouvé que si l’on développe en soi la pensée rythmée, il est aisé de la transmettre à autrui. Par télépathie phosphénique on veut donc dire : « transmission de la pensée rythmée ».

La pensée rythmée induite chez autrui va provoquer un mouvement de la pensée qui ne correspondra pas nécessairement au mouvement émis. La perception de ce mouvement peut s’effectuer de diverses manières : cela peut être par des images (par exemple, image d’une descente de ski, d’une montée en ballon, vision d’un balancier de pendule, etc.) ou bien par des sensations cénesthésiques (impression d’être sur un bateau, etc.) ou encore par ces deux formes de perception simultanées.

EXPÉRIENCE DE TÉLÉPATHIE PHOSPHÉNIQUE

Pour cette expérience, nous définirons un sujet émetteur et un sujet récepteur. Ils peuvent se placer l’un derrière l’autre (l’émetteur se plaçant derrière), ou face à face. L’émetteur fait un phosphène, le projette sur le récepteur et induit une pensée rythmée sous la forme d’un point lumineux en mouvement. Pour commencer, on peut animer le point lumineux d’un mouvement latéral de balancier. Le rythme préférentiel à utiliser est le rythme de deux secondes : une seconde pour l’aller, une seconde pour le retour. On peut utiliser un métronome pour travailler à un rythme bien précis. La personne qui reçoit ferme les yeux et reste attentive aux sensations et aux images qui peuvent apparaître, en particulier celles de nature rythmique.

La pensée rythmée induite agit en profondeur et va aider au déblocage de certaines capacités. C’est ce qui explique que des personnes possédant une très haute spiritualité puissent, par ce genre de techniques, déclencher chez d’autres des phénomènes spirituels élevés. C’est là le véritable sens de l’Initiation : déclencher des énergies qui vont permettre de réaliser et d’exprimer les facultés vers lesquelles tend l’individu.

Les implications de la télépathie phosphénique sont en fait très profondes, car elle crée une relation qui engage les sentiments. Cette forme de télépathie est beaucoup plus riche que le simple envoi de chiffres et de formes. Ce qui entre en jeu est une compréhension plus complète d’un autre individu à travers les sentiments que l’on reçoit, ce qui dépasse de très loin le langage superficiel par lequel nous nous exprimons et qui, souvent, ne nous permet pas de décrire certaines sensations tant il est limité. Il est possible que la télépathie phosphénique soit la « langue commune perdue » mentionnée dans certaines légendes comme, par exemple, dans la fameuse histoire de la tour de Babel de l’Ancien Testament.

Phosphénisme © Extrait de « Univers Énergie Phosphénique ».



Vous aussi, pratiquez le Phosphénisme

et apprenez à transformer
l'énergie lumineuse en énergie mentale.
Yoga