AUTRES BALANCEMENTS
(en 8)

PLANCHE n° 4 :
Le balancement en 8 ou mouvement de l’infini


TOUS LES BALANCEMENTS SE PRATIQUENT DE LA MÊME FAÇON QUE LE BALANCEMENT LATÉRAL, C’EST-À-DIRE SUR 3 TEMPS AVEC PHOSPHÈNE ET POINT DE CONCENTRATION. Seul le mouvement de la tête change.
Sauf pour une exception : le balancement en hémicircumduction (ou Balancement en fer à cheval).

Balancement en 8, mantra ILLI.
Combinaison d’un balancement latéral et de deux mouvements de rotation symétriques.
= Permet d’acquérir une plus grande force de caractère, un meilleur ancrage dans la vie, un meilleur centrage. Permet d’obtenir une certaine clairvoyance sur notre chemin de vie.


1er temps : mouvement de la tête un peu ample.

Durée : 1 minute.

2e temps : tout petit mouvement de la tête.

Toujours bien en rythme avec le mantra et synchro avec le passage du point de concentration qui passera toujours au même endroit dans le temps et dans l’espace.

Durée : 1 minute.


3e temps : idem que le 1er temps.

Durée : 1 minute.

Puis, reprendre et comme pour le balancement latéral ne pas faire sortir le point de concentration de la tête.
Note : À chaque claquement la pensée repasse par la boucle centrale.

Exemple d’exercice à faire une ou deux fois par an :
Se remémorer d’une façon panoramique, c’est-à-dire en passant d’un événement à un autre, les grandes lignes de son passé, en prenant soin de ne conserver que les événements qui nous paraissent être liés à notre évolution. Cette rétrospective se fait pour les droitiers sur le côté gauche. C’est-à-dire que tout en pratiquant le balancement en 8, nous laisserons revenir nos souvenirs, mais avec l’idée qu’ils se situent sur notre côté gauche.

Puis, lorsque cette remémoration sera faite, remémoration qui part de notre enfance pour revenir à notre vie actuelle, nous laisserons venir à nous sur notre côté droit des images, des idées fortes liées à ce que nous souhaiterions être ou ce à quoi nous souhaiterions parvenir dans les prochaines années.

Le premier temps de ce travail n’est pas à proprement parler une forme de régression. Il ne s’agit pas non plus d’une forme de psychanalyse. La démarche psychanalytique est d’ailleurs opposée à la démarche initiatique qui est une démarche évolutionniste. Parler d’un problème, c’est déjà le créer. Le passé est la plus lourde chose qu’un être ait à gérer. Dans la démarche initiatique, nous ne cherchons qu’à prendre conscience de notre passé pour mieux comprendre la trame, les événements qui nous ont amenés à être ce que nous sommes aujourd’hui. Être trop penché sur son passé est une attitude rétrograde qui ne fait qu’ancrer un peu plus dans la mémoire de nos électrons nos problèmes, nos défauts.

« TOUT CE QUI EST DANS L’ESPRIT PASSE UN JOUR DANS LA MATIÈRE si ce n’est pas dans cette vie, ce sera pour la prochaine… Docteur LEFEBURE. »

Méditer sur ce que l’on aurait aimé être, permet de « programmer » son futur… et dans la pensée réincarnationniste de revenir dans de meilleures conditions…

Pour plus d’information sur la pratique voir les cours (tutoriels)
du Dr LEFEBURE à espace « Formations ».

bt   RETOUR comprendre la pratique