DÉVELOPPEMENT INDIVIDUEL

LES BALANCEMENTS

Depuis des millénaires, les balancements sont pratiqués dans de nombreuses traditions et enseignements Initiatiques de très haut niveau, dans le but de provoquer l’éveil de la conscience.

La tradition des balancements se retrouve dans tous les cultes et toutes les religions. On la constate aussi bien dans la religion juive, dans la religion musulmane, dans la tradition soufie, dans la pratique quotidienne des « sanyasin » (renonçants) de l’Inde, qu’en Asie, par exemple dans la religion shinto (Japon), en Chine, dans les pratiques taoïstes, ainsi que dans les traditions populaires chinoises. En Égypte, les archéologues ont trouvé, dans des tombeaux datant de l’époque d’Akhenaton (Aménophis IV, XIVe siècle avant notre ère) des peintures murales représentant des danseuses faisant des balancements probablement rituels. Seule la religion catholique moderne a perdu cette pratique.

Parallèlement à cette pratique universelle des balancements, il existe un autre point commun aux rites religieux, aux initiations et à toute recherche mystique : la fixation de sources lumineuses.

Par exemple, un feu pour les Zoroastriens, une flamme pour les Tibétains, le soleil ou la lune dans les cultes solaire et lunaire. Ou bien encore, le reflet du soleil sur l’eau pour le chef religieux africain ; ou, comme Nostradamus, le reflet de la lune sur un miroir d’argent, lorsqu’il voulait provoquer des phénomènes de voyance et les transmettre à Catherine de Médicis. Dans l’initiation aux Mystères d’Éleusis, d’où sont sortis tous les grands hommes de la Grèce Antique, qu’ils aient été philosophes, mathématiciens ou poètes, il s’agissait de fixer une torche et de penser à un épi de blé une fois les yeux bandés. Dans le culte catholique, un cierge est allumé pour prier. Dans le culte orthodoxe, le prêtre se balance en priant et en fixant la flamme du cierge.

On retrouve également cette utilisation rudimentaire et instinctive chez des voyants qui placent une bougie près d’une boule de cristal. Là aussi, ils obtiennent un phosphène par réflexion de la lumière, la boule faisant loupe. Comme toute lumière réfléchie est plus ou moins polarisée, cela explique les moments de voyance (voir le livre : La clé des manifestations surnaturelles). De même pour le « miroir magique » qui n’a rien de magique en dehors de son pouvoir de réflexion. Nous pourrions ainsi continuer à donner des centaines d’exemples se recoupant tous parfaitement, sans entrer dans des considérations hasardeuses. À travers l’étude des textes, des religions, des cultes et des traditions, le chercheur sera étonné de constater à quel point les phosphènes ont largement participé au développement de l’humanité.

Il semble que ceux qui avaient saisi l’importance du rôle des phosphènes dans le développement de l’individu aient cherché à le dissimuler. Par exemple l’interdiction, sous peine de mort, de divulguer l’initiation des Mystères d’Éleusis ; ou encore, les persécutions dont les taoïstes ont été victimes de la part des seigneurs qui voulaient empêcher ces connaissances de se répandre. De plus, bon nombre de commentateurs ont souligné qu’en lisant la Bible impartialement, on s’aperçoit que le Christ a été mis à mort pour divulgation de secret. Nous ajouterons : de secret relatif à une science des phosphènes.

D’autre part, le phénomène du phosphène n’avait jamais été étudié jusque-là, reposant trop sur ce que le Docteur LEFEBURE a appelé le sentiment d’évidence. Le phosphène apparaît comme un phénomène tellement évident qu’on en oublie de se poser les questions les plus élémentaires.

EXEMPLE :

BALANCEMENT LATÉRAL :
Intuition. Renforcement de la personnalité, ce qui permet de ne plus être sujet à tous les stress.

BALANCEMENT VERTICAL :
Rêve en couleur et ascensionnel. Éveil dans le sommeil, rêve dirigé, extension de conscience. Facilite ce que certains ont appelé le « Paradis perdu » c’est-à-dire le monde nocturne. Dédoublement mental et astral. Voyage astral.

BALANCEMENT ANTÉRO-POSTÉRIEUR :
Transformation de la rêverie en action concrète. Pousse à l’action. Développement des facultés intellectuelles. Pousse vers l’étude des vraies sciences.

BALANCEMENT en 8 :
Permet d’acquérir une plus grande force de caractère ainsi qu’une certaine clairvoyance sur notre chemin de vie. Visions prophétiques. Prémonition, utile pour la vie de tous les jours.

BALANCEMENT en FER À CHEVAL
(ou Balancement en hémicircumduction) :
Permet de faire des rêves durant lesquels l’on reçoit des conseils pour son évolution personnelle.
Rêves initiatiques (rêve durant lequel le sujet reçoit des conseils sur les exercices à pratiquer pour arriver rapidement à un développement intérieur).

BALANCEMENT en ROTATION :
Développement du magnétisme.
Développement de la force magnétique. Prise de conscience et éveil des chacras.

CAHIER TECHNIQUE

COMPRENDRE LA PRATIQUE

 

Important : Ces planches techniques, sous forme d’animation, constituent un support de travail qui ne peut être complet et compréhensible que si vous suivez une formation.

CAHIER TECHNIQUE

Spécial Balancement

DÉCOMPOSITION DU BALANCEMENT LATÉRAL

PLANCHE n° 1 : Le balancement latéral

Généralités :

Le balancement latéral, vertical, antéro-postérieur, en 8 et les rotations se font sur 3 temps.

Le 1er et le 3e temps servent à lancer sa pensée, c’est-à-dire à donner à celle-ci suffisamment d’amplitude pour induire la pensée rythmée.

Le rythme pour lequel le phosphène prend le plus d’amplitude dans le balancement est le rythme de 2 secondes, pour une inclinaison de la tête de l’ordre de 45° par rapport à l’axe vertical.

Le mot « mantra » signifie étymologiquement : son mental. Il s’agit de sons (série de syllabes prononcées mentalement ou à voix haute) qui n’ont pas nécessairement de sens, et qui ont l’avantage de permettre une répétition continue très régulière. La régularité du rythme permet de cumuler une plus grande énergie dans la pensée.

Pour conserver le rythme télécharger utilisez le MANTRATRON.

Le balancement en fer à cheval se pratique sur un rythme de 3 secondes.
3 secondes aller / 3 secondes retour et sur un seul temps.

Après avoir fait un phosphène, balancez la tête bien en rythme, prononcez le mantra, une voyelle chaque fois que votre tête arrive à une extrémité.

TOUS les exercices trouvent avantage à être executés avec une pensée :

– les figures géométriques, qui donnent accès aux plans de la pensée abstraite.

– le monde végétal, donne accès au plan éthérique.

– le point de concentration, donne accès aux plans supérieurs de la conscience.

Balancement LATÉRAL mantra ILLI, on prononcera une voyelle « i » chaque fois que la tête arrive à une extrémité, avec oscillation du point de concentration sur un axe horizontal.
= Intuition. Télépathie. Renforcement de la personnalité, ce qui permet de ne plus être sujet à tous les stress.

APRÈS AVOIR FAIT UN PHOSPHÈNE : 1er façon de pratiquer

1er temps :
Mouvement à 45° sur le rythme de
2 secondes (1 seconde aller, 1 seconde retour).

Durée : 1 minute.

2e temps :
Tout petit mouvement de la tête où l’on cherche à prendre conscience du déplacement de l’encéphale dans la boîte crânienne.
Toujours sur le rythme de 2 secondes.

Durée : 1 minute.

3e temps :
comme le 1er temps.
Mouvement à 45°, sur le rythme de 2 secondes.

Durée : 1 minute.

APRÈS AVOIR FAIT UN PHOSPHÈNE : 2e façon de pratiquer

1er temps :
Mouvement à 45° sur le rythme de 2 secondes (1 seconde aller, 1 seconde retour).

Durée : 1 minute.
Le point de concentration va d’une tempe à l’autre.

2e temps :
Tout petit mouvement de la tête où l’on cherche à prendre conscience du déplacement de l’encéphale dans la boîte crânienne.
Toujours sur le rythme de 2 secondes.

Durée : 1 minute.
Le point de concentration va d’une tempe à l’autre.

TOUS LES AUTRES BALANCEMENTS SE PRATIQUENT DE LA MÊME FAÇON.
Seul le mouvement de la tête change.

note n°2 : Si vous avez de l’arthrose au niveau du cou, faites partir le balancement à partir du bassin. Dans certaines traditions les balancements partent des hanches, les vertèbres cervicales restent donc dans l’alignement avec le haut de la colonne vertébrale.

CAHIER TECHNIQUE

AUTRES BALANCEMENTS

(Vertical et Antéro-postérieur)

PLANCHE n° 2 + n° 3 :
Le balancement VERTICAL et
le balancement ANTÉRO-POSTÉRIEUR

Balancement VERTICAL, mantra ALLA avec oscillation du point de concentration sur un axe vertical.
= Éveil dans le sommeil, rêve dirigé, extension de conscience.

TOUS LES BALANCEMENTS SE PRATIQUENT DE LA MÊME FAÇON QUE LE BALANCEMENT LATÉRAL, C’EST-À-DIRE SUR 3 TEMPS AVEC PHOSPHÈNE ET POINT DE CONCENTRATION.

Seul le mouvement de la tête change. Sauf pour une exception :
le balancement en hémicircumduction (ou Balancement en fer à cheval).

Balancement ANTÉRO-POSTÉRIEUR, mantra ELLU avec oscillation du point de concentration sur un plan frontal / occipital.
= Transformation de la rêverie en actions concrètes.

Pour plus d’information sur la pratique voir la :

Formation au Phosphénisme

CAHIER TECHNIQUE

AUTRES BALANCEMENTS

(en 8)

PLANCHE n° 4 :
Le balancement en 8 ou mouvement de l’infini

Rappel : TOUS LES BALANCEMENTS SE PRATIQUENT DE LA MÊME FAÇON QUE LE BALANCEMENT LATÉRAL, C’EST-À-DIRE SUR 3 TEMPS AVEC PHOSPHÈNE ET POINT DE CONCENTRATION. Seul le mouvement de la tête change.
Sauf pour une exception : le balancement en hémicircumduction (ou Balancement en fer à cheval).

Balancement en 8, mantra ILLI.
Combinaison d’un balancement latéral et de deux mouvements de rotation symétriques.
= Permet d’acquérir une plus grande force de caractère, un meilleur ancrage dans la vie, un meilleur centrage. Permet d’obtenir une certaine clairvoyance sur notre chemin de vie.

1er temps :
mouvement de la tête un peu ample.

Durée : 1 minute.

2e temps :
tout petit mouvement de la tête. Toujours bien en rythme avec le mantra et synchro avec le passage du point de concentration qui passera toujours au même endroit dans le temps et dans l’espace.

Durée : 1 minute.

3e temps :
idem que le 1er temps.

Durée : 1 minute.

Puis, reprendre et comme pour le balancement latéral ne pas faire sortir le point de concentration de la tête. Note : À chaque claquement la pensée repasse par la boucle centrale.

Exemple d’exercice à faire une ou deux fois par an : Se remémorer d’une façon panoramique, c’est-à-dire en passant d’un événement à un autre, les grandes lignes de son passé, en prenant soin de ne conserver que les événements qui nous paraissent être liés à notre évolution. Cette rétrospective se fait pour les droitiers sur le côté gauche. C’est-à-dire que tout en pratiquant le balancement en 8, nous laisserons revenir nos souvenirs, mais avec l’idée qu’ils se situent sur notre côté gauche.

Puis, lorsque cette remémoration sera faite, remémoration qui part de notre enfance pour revenir à notre vie actuelle, nous laisserons venir à nous sur notre côté droit des images, des idées fortes liées à ce que nous souhaiterions être ou ce à quoi nous souhaiterions parvenir dans les prochaines années. Le premier temps de ce travail n’est pas à proprement parler une forme de régression.

Il ne s’agit pas non plus d’une forme de psychanalyse. La démarche psychanalytique est d’ailleurs opposée à la démarche initiatique qui est une démarche évolutionniste.

Parler d’un problème, c’est déjà le créer.

Le passé est la plus lourde chose qu’un être ait à gérer. Dans la démarche initiatique, nous ne cherchons qu’à prendre conscience de notre passé pour mieux comprendre la trame, les événements qui nous ont amenés à être ce que nous sommes aujourd’hui.
Être trop penché sur son passé est une attitude rétrograde qui ne fait qu’ancrer un peu plus dans la mémoire de nos électrons nos problèmes, nos défauts.

« TOUT CE QUI EST DANS L’ESPRIT PASSE UN JOUR DANS LA MATIÈRE si ce n’est pas dans cette vie, ce sera pour la prochaine… Docteur LEFEBURE. »

Méditer sur ce que l’on aurait aimé être, permet de « programmer » son futur… et dans la pensée réincarnationniste de revenir dans de meilleures conditions…

Pour plus d’information sur la pratique voir la :

Formation au Phosphénisme

CAHIER TECHNIQUE

AUTRES BALANCEMENTS

PLANCHE n° 5 :
Le balancement en ROTATION

Rappel : TOUS LES BALANCEMENTS SE PRATIQUENT DE LA MÊME FAÇON QUE LE BALANCEMENT LATÉRAL, C’EST-À-DIRE SUR 3 TEMPS AVEC PHOSPHÈNE ET POINT DE CONCENTRATION. Seul le mouvement de la tête change.
Sauf pour une exception : le balancement en hémicircumduction (ou Balancement en fer à cheval).

Balancement en ROTATION sur un plan horizontal, mantra OLLO ou LO dans un sens et OL quand la tête tournera dans l’autre sens lors de la prochaine séance.
= Développement de la force magnétique. Prise de conscience et éveil des chakras.

1er temps :
le point de concentration décrira des cercles au-dessus de la tête.

Durée : 1 minute.

2e temps :
sur de toutes petites rotations de la tête, le point de concentration décrira des petits cercles au-dessus de la tête.

Durée : 1 minute.

APRÈS AVOIR FAIT UN PHOSPHÈNE : 2e façon de pratiquer
(sur le plan vertical).

1er temps :
idem que ci-dessus, mais sur un plan vertical.
Le point de concentration décrira des cercles autour de la tête.

Durée : 1 minute.

Pour plus d’information sur la pratique voir la :

Formation au Phosphénisme

CAHIER TECHNIQUE

AUTRES BALANCEMENTS

Hémi-circumduction

PLANCHE n° 6 : le balancement en HÉMI-CIRCUMDUCTION
ou balancement du Christ ou balancement en fer à cheval

Balancement en FER À CHEVAL, mantra ELLE
Appelé aussi balancement du Christ, car la position de sa tête sur la croix, qui n’est pas une position naturelle pour un mort, montre l’exercice initiatique correct.
= Rêve initiatique (rêve durant lequel le sujet reçoit des conseils sur les exercices qu’il doit pratiquer pour arriver rapidement à un développement intérieur).

Permet le contact avec des guides spirituels (électrons de haut niveau ou encore énergie de haut niveau) et le voyage dans les annales akashiques (subconscient profond).

Ce balancement se fait au rythme de 3 secondes par côté et il n’est composé que d’un temps.

Durée : 3 minutes. Puis refaire le phosphène et se laisser porter pendant 3 à 5 minutes par les sensations cénesthésiques.

Combinaison du balancement et de l’oscillation de torsion.

Cette façon de pratiquer les balancements est la plus profonde, la plus naturelle et la plus traditionnelle. La plus naturelle parce que c’est le mouvement originel de la vie. C’est le mouvement du spermatozoïde. Quand il avance, d’une part, il a une oscillation de droite à gauche de sa tête qui se prolonge par un mouvement sinusoïdal du corps et du flagelle, et d’autre part, il a une oscillation de torsion autour de son axe : ainsi, on pourrait dire qu’il présente tantôt la joue droite, tantôt la joue gauche à celui qui le regarde au microscope par au-dessus. Or, cette combinaison d’oscillations, de torsions et d’oscillations sinusoïdales est très courante en biologie, par exemple, quand on marche le long d’un mur, si on projette le mouvement de la hanche sur le mur, ce mouvement trace une sinusoïde, mais d’autre part, comme tantôt une hanche, tantôt l’autre se trouve alternativement en avant et en arrière, il y a une oscillation de torsion évidente. Donc, comme dans l’avance du spermatozoïde, il y a une combinaison de mouvement sinusoïdal et d’une oscillation de torsion.

On dit que le mouvement du cœur est une contraction-dilatation. Mais, en médecine, on apprend que le cœur se contracte comme on tord un torchon qu’on essore, c’est-à-dire avec un mouvement de torsion aux extrémités, les fibres musculaires cardiaques étant en spirales et refermées sur elles-mêmes. Autrement dit, le cœur est une sorte de torchon à quatre mailles.

Projetons cette combinaison fondamentale biologique sur nos mouvements de tête, le balancement de droite à gauche (balancement latéral). L’oscillation de torsion, c’est le mouvement au cours duquel, l’axe de la tête restant toujours vertical, le menton va à droite et à gauche. Si nous combinons les deux, la tête va se coucher sur la clavicule d’un côté puis de l’autre. Il est indispensable qu’il y ait égalité entre la flexion et la torsion. Ce mouvement est plus agréable à exécuter à l’octave du rythme de base de deux secondes, c’est-à-dire au rythme de quatre secondes ou bien au rythme de trois secondes. En tout cas, il faut prendre ou l’une ou l’autre de ces durées afin de créer les voies neurologiques vecteurs d’expériences.

Ces mouvements, en fin de compte, sont les plus faciles à faire, ce qui n’a rien d’étonnant car ils correspondent au mouvement originel de la vie, le plus agréable, celui pendant lequel il est le plus facile de continuer à penser, de garder une activité rythmique de la pensée, que ce soit un mantra ou autre chose, balancement d’un point de concentration.

Quand vous arrêtez ce mouvement de tête, le mouvement de la pensée continue aussi avec une grande facilité.

Dans les tableaux anciens représentant le Christ, comme sur les crucifix anciens, la tête du Christ est toujours penchée ainsi sur la clavicule, mi-flexion, mi-torsion. Autrefois, c’était toujours à droite puisque, selon la tradition, il aurait regardé vers l’ouest en mourant. Dans des tableaux plus récents, ça peut parfois être à gauche. Toujours est-il que ce sont les chirurgiens qui ont décrété que ce n’était pas une position normale pour un cadavre attaché par les mains et depuis, on représente le Christ avec la tête qui penche vers l’avant.

Mais si les artistes du Moyen-Âge ont représenté la scène avec la tête inclinée et en même temps avec un mouvement de torsion, c’est-à-dire couchée sur la clavicule, c’est parce que dans le christianisme de cette époque-là, on se souvenait encore que ce mouvement avait une grande valeur mystique, c’est-à-dire de grandes possibilités d’aider à faire naître la pensée rythmée que l’on appelait alors prières ou litanies, aider à la répétition des prières et des litanies sur un rythme bien régulier et très conscient.

Inclinaison du chœur sur la nef, dans certaines églises et cathédrales.

Vous remarquerez également que certains édifices du culte, les églises gothiques par exemple ou même des cathédrales gothiques, voire de petites églises romanes de campagne beaucoup plus anciennes, ont le chœur qui est incliné sur la nef. À Quimper, par exemple, c’est parfaitement criant. À Saint-Malo, si l’on se tient bien au milieu des marches à l’entrée de la cathédrale, on remarque la même chose avec un peu d’attention. Et par exemple, à Monteton, petit village en Dordogne où il y a une église romane, sur la porte d’entrée figure l’explication de cette légère inclinaison sur laquelle on attire votre attention : pour rappeler l’inclinaison de la tête du Christ sur la croix.

Si on a marqué ce mouvement jusque dans les édifices du culte à une certaine époque, c’est qu’on se souvenait très bien qu’il était extrêmement important du point de vue mystique. N’oublions pas que, jusqu’à la fin du Moyen-Âge, on pratiquait des danses comme celles des girations et aussi des exercices de balancements de tête et du corps dans les églises. Les chrétiens coptes se balancent d’ailleurs encore en priant. Par conséquent, cette position du Christ sur les tableaux et les crucifix anciens, et cette inclinaison de la nef sur le chœur, indiquent qu’on savait très bien que ce mouvement de tête était une chose très importante pour le développement spirituel.

Nef classique

Nef initiatique et spirituelle

Définition de: HÉMI-CIRCUMDUCTION hémi : préfixe dérivé du grec « hémi = à demi » entrant en composition avec de nombreux termes de la science et de l’art. circumduction : terme didactique. Mouvement de rotation autour d’un axe ou d’un point central.

En physiologie, mouvement par lequel un membre ou un os décrit en quelque sorte un cône dont le sommet est dans l’articulation supérieure et la base à l’autre extrémité.

Pour plus d’information sur la pratique voir la :

Formation au Phosphénisme