VOYANCE ET PHOSPHÉNISME
voyance
VOYANCE

La voyance est la capacité de percevoir des informations par clairaudience ou par clairvoyance, c’est-à-dire par des perceptions visuelles ou sonores subjectives.
On parle alors de « flash » de voyance. Ce sont généralement des images mentales très brèves dont l’interprétation est évidente plutôt que symbolique.

Il faut séparer voyance et arts divinatoires. Ces derniers consistent en une interprétation intellectuelle de signes obtenus par des supports variés (cartes, thème astral, etc.).

Depuis qu’il existe, l’être humain a cherché à connaître l’avenir, à déterminer le moment propice pour entreprendre une action, etc. La voyance s’est exercée dans tous les domaines de l’activité humaine.

Parfois, la voyance a été institutionnalisée. C’était le cas dans de nombreuses civilisations de l’Antiquité, par exemple à Delphes, dans la Grèce antique, où le peuple venait consulter l’Oracle et ses prêtresses, les Pythies, qui obtenaient des visions en fixant un feu.

Les voyants utilisent généralement un support pour produire des visions : boule de cristal, feu, torches, etc. Ces supports ont la particularité d’être tous en relation avec la lumière. Là encore, la voyance diffère des arts divinatoires par la nature des supports utilisés.

Le Docteur Francis LEFEBURE, médecin et chercheur français, a fait de nombreuses découvertes en physiologie cérébrale. Celles-ci expliquent les mécanismes de la voyance. Ses recherches sont basées sur l’utilisation systématique des phosphènes. Les phosphènes sont toutes les sensations lumineuses subjectives, c’est-à-dire celles qui ne sont pas directement provoquées par la lumière stimulant la rétine. On obtient les phosphènes par de courtes fixations de sources lumineuses.

Le Docteur LEFEBURE a défini un certain nombre de paramètres récurrents qui entrent en jeu dans les phénomènes de voyance. La production de phosphènes à partir de sources lumineuses est systématique. Dans ce but, les voyants utilisent des supports variés. En plaçant une chandelle près d’une boule de cristal, par exemple, ils créent un environnement lumineux propice à la voyance. L’utilisation d’un feu, de la lune ou des reflets du soleil sur l’eau produit le même genre d’effets.

La lumière polarisée, c’est-à-dire réfléchie par une surface, est particulièrement porteuse, comme le Dr LEFEBURE l’a prouvé. La lumière de la lune, les reflets du soleil sur l’eau ou la réflexion d’une chandelle sur une boule de cristal entrent dans cette catégorie.

Dans Phosphénisme : l’explication de l’origine des religions, le Docteur LEFEBURE analyse les circonstances dans lesquelles des voyants ont développé leur don.

Pentier, le pêcheur de Berck

« C’était un homme que la population de Berck (Pas-de-Calais, France) appelait “le père Pentier”. Sa voyance était connue assez loin à la ronde et nous avons pu vérifier que cette réputation était méritée. Il parlait peu, mais tout ce qu’il annonçait se réalisait. C’était un pêcheur à la retraite.

Conformément à une coutume de l’époque, il avait toujours prié en travaillant et il attribuait sa voyance à ce qu’il invoquait alors Saint-Côme et Saint-Damien, saints qu’il pensait particulièrement puissants parce qu’issus du christianisme primitif. Mais, à notre avis, et comme dans d’autres cas que nous avons eu l’occasion d’étudier, tout voyant qu’il fut, il se trompait sur la cause de sa voyance. En effet, les deux syllabes “Côm” et “Dam” martelaient bien sa litanie : il cultivait par elles la pensée rythmée. Et de plus, il nous avait dit qu’au début, il n’était voyant que sur l’eau.

C’est bien longtemps après que nous avons compris pourquoi : il mélangeait sa litanie à ces deux saints avec les phosphènes par reflets du soleil sur l’eau, et c’est seulement après une longue maturation de son cerveau par cet exercice que sa clairvoyance pouvait persister en l’absence des phosphènes.

Citons aussi le cas de Mme Spique, qui a été sujette depuis l’âge de six ans à de véritables accès de voyance ; alors que, par exemple, elle parle de tout autre chose, elle voit une boule blanche qui se met à tourbillonner, tout en devenant transparente. À l’intérieur, apparaissent des visions qu’elle décrit. Ainsi, une fois, elle nous a donné de multiples détails sur une personne qui s’avéra être notre père, décédé depuis longtemps et dont nous ne lui avions jamais parlé. Les précisions étaient saisissantes, car c’est l’essentiel des relations que nous avons eues avec lui qu’elle décrivait.

Enfant, elle effrayait son entourage en annonçant des décès ou des accidents qui se produisaient peu après. »

Elle nous a raconté qu’elle vivait alors à Alger et qu’entre trois et six ans, elle avait un tel degré de rachitisme des membres inférieurs qu’elle en était impotente, ne pouvant absolument pas marcher. Durant cette période, pour la fortifier, on l’amenait sur la plage avec une poupée, et comme elle en avait vite assez de cette distraction, elle jouait pendant des heures à regarder le reflet du soleil sur l’eau.

Il est à remarquer que cette habitude semble avoir non seulement développé sa voyance, mais également amélioré son caractère car elle est restée d’une grande générosité.

Le poète Minou Drouet

« Les poésies de l’enfant prodige Minou Drouet étonnèrent le monde alors qu’elle n’avait qu’une douzaine d’années. Elle fut un temps si célèbre que, parfois, lorsqu’elle descendait dans une ville de province, la foule s’attroupait comme pour un chef d’État.

Tous ses biographes sont d’accord pour dire que tant qu’elle était dans son orphelinat, elle paraissait plutôt légèrement retardée. Sa mère adoptive l’emmena dans une maison qui était au bord de l’océan, et au lieu de l’envoyer à l’école, la laissa libre de faire ce qu’elle voulait. Nous avons appris, par sa mère, qu’elle avait l’habitude d’y regarder le reflet du soleil sur l’eau pendant des heures, tous les jours, en même temps qu’elle balançait doucement la tête de droite à gauche. Après plusieurs années de ce jeu solitaire, on s’aperçut qu’elle était devenue géniale.

Ce qui s’est passé ici nous paraît évident. En fixant le reflet du soleil sur l’eau, elle a mélangé ses rêveries d’enfant avec les phosphènes dus à l’agitation de ce reflet.

Minou a été guidée par son instinct vers le phosphène dû à la réflexion du soleil sur l’onde mouvante. À son tour, la puissance rythmique, toujours latente dans le phosphène, mais qui n’attend qu’une occasion pour se manifester, a réveillé un autre instinct susceptible également de faire jaillir une intelligence bien plus vive : l’effet stimulant des balancements de tête sur les facultés supérieures du cerveau.

Le balancement sur un rythme pendulaire de deux secondes est un rythme naturel des phosphènes. Le Phosphénisme, par le miroir aquatique, l’a entraînée dans ce rythme, du fait que le mouvement pendulaire et celui de la vague sont de même nature, c’est-à-dire sinusoïdaux.

Les expériences d’audition d’un son alternativement par l’oreille droite et la gauche, grâce à un appareil nommé “Alternophone”, ont montré que ces excitations alternatives sont très favorables au fonctionnement du cerveau. Elles produisent une attention plus forte, aiguisent la sensibilité artistique, mais font aussi jaillir la pensée sous une forme polarisée, qui favorise la versification. Comme le Mixage Phosphénique, cette audition alternative augmente simultanément la qualité et la quantité de l’idéation. 

L’action du Mixage et celle de l’audition alternative appartiennent donc à la même catégorie de phénomènes, et c’est pourquoi nous avons isolé dans le cerveau ce que nous appelons sa “fonction rythmo-phosphénique”.

Mais Minou Drouet n’était pas seulement, à cet âge, un poète génial. Sa mère nous a fait savoir que parfois, elle prévoyait avec exactitude une visite ou un décès, et donc qu’elle possédait un don de voyance à cette époque. Voici donc un autre cas d’enfant qui a développé cette faculté en utilisant d’instinct le Mixage Phosphénique. »

Exercice : contemplation des reflets du soleil sur l’eau

Trouvez une étendue d’eau, un bassin peut suffire.
Placez-vous de façon à voir le reflet du soleil sur l’eau.
Mettez une casquette à visière pour éviter les rayons directs du soleil.
Fixez les reflets. Vous verrez apparaître des formes très variables : flèches, triangles, croix, myriades de serpents de feu… Ce sont vos rythmes cérébraux qui sont activés par la lumière et les rythmes des vaguelettes.
Au bout de trois minutes environ, fermez les yeux et observez les couleurs.
Après un certain entraînement, vous aurez peut-être des visions de paysages ou de personnages.

Phosphénisme © Extrait de « Univers Énergie Phosphénique ».

 



Vous aussi, pratiquez le Phosphénisme

et apprenez à transformer
l'énergie lumineuse en énergie mentale.
Yoga